5G : l'Etat empoche 2,786 milliards d'euros, Orange remporte la majeure partie des enchères sur les fréquences

Initialement prévues en avril, mais repoussées en raison de la pandémie de Covid-19, ces enchères ont permis aux opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free) d'acquérir 11 "blocs" de fréquences aujourd'hui inutilisés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sebastien Soriano, président de l'Arcep, le régulateur des télécoms (au premier plan) et Cedric O, secrétaire d'État au numérique, lors de la mise enchères des premières fréquences 5G à destination des opérateurs français, à Massy (Essonne), le 1er octobre 2020. (ERIC PIERMONT / AFP)

La mise aux enchères des premières fréquences 5G à destination des opérateurs français a rapporté la somme totale de 2,786 milliards d'euros à l'Etat. Orange a obtenu la plus grande part des "blocs" en jeu, a annoncé, jeudi 1er octobre, l'Arcep, le régulateur des télécoms.

Initialement prévues en avril, mais repoussées en raison de la pandémie de Covid-19, ces enchères ont permis aux opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free) d'acquérir 11 "blocs" de fréquences aujourd'hui inutilisés. Cela ouvre la voie aux premières commercialisations de services 5G dans certaines villes françaises à la fin de l'année.

Avant ces enchères, les quatre opérateurs avaient déjà obtenu chacun un bloc de 50 mégahertz (MHz) dans la bande de fréquences allant de 3,4 à 3,8 gigahertz (GHz) sur le spectre électromagnétique, au prix fixe de 350 millions d'euros.

Un opérateur ne pouvait pas acquérir plus de 100 MHz. C'est Orange qui a remporté la majeure part des fréquences en jeu avec quatre "blocs". Au total, le groupe dispose de 90 MHz, contre 80 MHz pour SFR, et 70 MHz chacun pour Bouygues Telecom et Free.

Nouvelle enchères courant octobre

Cette enchère principale sera suivie d'une enchère de positionnement "courant octobre" permettant aux opérateurs de choisir s'ils préfèrent se situer au centre de la bande ou à ses extrémités, plus susceptibles d'interférences avec d'autres services.

"Ce sont des enchères fructueuses. Il faut saluer un engagement très fort des quatre opérateurs qui confirment leur volonté d'investir fortement en France. Il faut le saluer", a déclaré Sébastien Soriano, président de l'Arcep, lors d'un point-presse organisé pour l'occasion au siège d'Ericsson France, à Massy (Essonne).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.