"The Great", "I May Destroy You", "Perry Mason"... On regarde quoi comme séries en juin ?

Chaque mois, franceinfo vous propose une sélection de séries à découvrir à la télévision ou sur les plateformes de SVoD.

Elle Fanning et Nicholas Hoult dans la série \"The Great\".
Elle Fanning et Nicholas Hoult dans la série "The Great". (HULU)

On se doute qu'après avoir fusionné avec votre canapé pendant près de dix semaines, vous rêvez davantage de nature que de vous installer à nouveau devant un écran. Néanmoins, ce mois de juin vous offre quelques nouveautés qui méritent toute votre attention. Et rien ne vous empêche de les regarder vautré sur un plaid dans un parc.

"Les Grands" (depuis le 1er juin sur Netflix)

Pour Boogie, Hugo, Avril, Ilyes et MJ, cette rentrée en troisième a un goût différent. Leur dernière année au collège est la porte vers la fin de l'enfance et le début de leur vie de presque adultes. Une année charnière, au cours de laquelle vont s'entremêler premiers émois sexuels, désir de rébellion face à l'autorité et besoin de se sentir intégrés.

Diffusée sur OCS depuis 2016, Les Grands débarque donc sur Netflix, du moins pour sa première saison (les deux autres sont uniquement visibles sur la plateforme d'Orange). Une série sur les adolescents à la fois drôle, juste et touchante, qui n'est pas sans rappeler Skam France, dont on retrouve ici l'un des acteurs, Paul Scarfoglio, alias Basile. Et l'occasion de découvrir un tout jeune Sami Outalbali, révélé à l'international grâce à la série Sex Education

"I May Destroy You" (depuis le 8 juin sur OCS)

Arabella est une jeune autrice dont le premier livre a été auréolé de succès. Pour cette trentenaire qui ne se prend pas la tête, la vie est une fête à laquelle elle n'entend pas renoncer, entre ses potes londoniens, comme elle, et son amant italien. Mais un soir, la fête entre amis prend un tour tragique et la vie de la jeune femme bascule.

Après nous avoir raconté son adolescence dans Chewing Gum, la Britannique Michaela Coel poursuit sa démarche autobiographique avec I May Destroy You. Coproduite par la BBC et HBO, cette nouvelle série en douze épisodes, diffusée en US+24 sur OCS, revient sur le viol vécu par son autrice et ses conséquences. Un témoignage fort, violent mais nécessaire.

"The Great" (le 18 juin sur Starzplay)

"The Great", c'est Catherine II, surnommée la Grande Catherine, l'impératrice qui régna sur la Russie pendant près de trente-cinq ans. Pour raconter son destin exceptionnel, la série produite par Hulu et diffusée en France sur Starzplay entame son histoire au moment de son mariage avec Pierre III de Russie (Nicholas Hoult). Catherine (Elle Fanning) n'a alors que 15 ans et ses rêves d'adolescente vont rapidement être brisés par son mari, aussi immature que despote.

"Basée en partie sur des faits historiques", The Great prévient dès le générique qu'on n'est pas ici pour s'embarrasser avec l'histoire. Plus proche de Dickinson que de The Crown, la série nous conte une version très romancée et burlesque de la vie de celle qui domina la Russie durant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

"Pen15" (à partir du 19 juin sur Canal+)

Maya Erskine et Anna Konkle sont deux comédiennes de 33 ans qui, le temps de dix épisodes, rejouent leur année de quatrième au début des années 2000. Interprétant deux ados mal dans leur peau, victimes de l'implacable cruauté de leurs camarades de collège, elles vont faire front pour traverser cette période ingrate. Sans suprise, dans Pen15, il est beaucoup question de flirt, de coupe de cheveux, de vêtements et de tout ce qui nous semble futile aujourd'hui mais était essentiel à cette époque de notre vie.

Une comédie ovniesque qui vous rappellera bien des souvenirs (et pas forcément les meilleurs).

"Perry Mason" (à partir du 22 juin sur OCS)

Est-ce qu'on est excités à l'idée de retrouver Matthew Rhys, deux ans après la fin de The Americans ? Evidemment. Est-ce que l'on trépigne à l'idée de voir un nouveau remake de Perry Mason, série judiciaire austère qui a marqué les années 1960 puis la fin des années 1980 ? Absolument pas. C'est pourtant sur ce projet qu'a parié la chaîne américaine HBO, que l'on a pourtant connue plus audacieuse. Plus proche des romans policiers d'Erle Stanley Gardner, qui racontaient pour la première fois les histoires de cet avocat détective, cette version nous plonge au début des années 30, sur les traces d'un kidnapping d'enfant qui a mal tourné.

Coproduit par Robert Downey Jr. (qui devait un temps reprendre le rôle principal), ce Perry Mason nouvelle formule livre une version sombre et glauque de Los Angeles pendant la Grande Dépression. Les huit épisodes seront diffusés en US+24 sur OCS à compter du 22 juin.    

"Breeders" (à partir du 22 juin sur Canal+)

Le confinement a mis vos nerfs de parents à rude épreuve ? Vous n'êtes pas seuls. Et Martin Freeman est là pour vous rappeler qu'élever des enfants en bas âge n'est pas chose aisée. Le comédien britannique (Sherlock) puise dans son expérience personnelle pour raconter le quotidien de parents, rythmé par les cauchemars de leur progéniture, les nuits passées à l'hôpital ou les difficultés à trouver une école. Déjà diffusés sur Canal+ Séries en début d'année, les dix épisodes de 22 minutes de Breeders seront désormais diffusés sur Canal+ à compter du 22 juin.

Du côté des reprises…

La dernière ligne droite avant l'été sera l'occasion de découvrir les nouveaux épisodes de quelques séries que l'on suit avec intérêt. Sur Netflix, on peut ainsi découvrir depuis début juin la troisième saison de Fauda, ainsi que la très attendue saison 4 de 13 Reasons Why. A partir du 19 juin, ne manquez pas la deuxième saison de The Politician, la satire du pouvoir signée Ryan Murphy. Enfin, notez que la saison 3 de la série allemande Dark débarque sur la plateforme le 27 juin.

Sur OCS, vous pourrez découvrir les trois premiers épisodes de la troisième saison de Search Party dès le 26 juin. Enfin, notez que la plateforme Amazon Prime Video propose désormais à ses abonnés l'intégralité des séries Nip/Tuck et du Prince de Bel-Air