Cet article date de plus d'un an.

Cybercriminalité : de nouveaux logiciels malveillants peuvent pirater vos données personnelles

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Cybercriminalité : de nouveaux logiciels malveillants peuvent pirater vos données personnelles
Cybercriminalité : de nouveaux logiciels malveillants peuvent pirater vos données personnelles Cybercriminalité : de nouveaux logiciels malveillants peuvent pirater vos données personnelles (France 2)
Article rédigé par France 2 - D.Schlienger, J.Desrousseaux, M.Cazaux, Y.Moine, C.Vignal, C.Legros, Y.Kadouch, O.Longueval, @RevelateursFTV
France Télévisions
France 2
Des logiciels peuvent s’installer dans les ordinateurs ou téléphones afin de voler les informations personnelles. Une fois obtenues, ils disparaissent. Cette nouvelle délinquance fait des ravages. Comment ne pas se faire piéger ?

C’est comme avoir un cybercriminel qui regarde en permanence par-dessus votre épaule. Tous les mouvements de votre clavier peuvent être enregistrés avec les mots de passe ou le numéro de votre carte bancaire. Le nom de ce logiciel pirate s’appelle infostealer, littéralement "le voleur d’informations". De plus en plus répandu, il s’infiltre dans les ordinateurs. Les victimes réalisent qu’elles ont été volées seulement quand leurs données personnelles sont ensuite utilisées pour usurper leur identité ou vider leur compte.

Un écosystème cybercriminel

Une technicienne de laboratoire a ainsi perdu 110 euros. Son compte bancaire n’était plus domicilié en France, mais au Luxembourg. Les cybercriminels revendent ensuite les données aux plus offrants sur des plateformes clandestines. "Ce n'est plus un marché de niche, maintenant c’est un écosystème cybercriminel qui a quasiment pignon sur rue", indique François Deruty, directeur des opérations société de cybersécurité Sekoia. Pour s’en protéger, le seul moyen est de changer ses mots de passe régulièrement, et d’éviter de charger des logiciels dont la fiabilité n’est pas garantie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.