"Ces cyberattaques contribuent à faire de la pédagogie"

Benoît Thieulin, ancien président du Conseil national du numérique, est l'invité du Grand Soir 3, ce mercredi 28 juin, pour évoquer la cyberattaque qui sévit depuis deux jours.

France 3

"On a toujours du mal à tracer les auteurs des cyberattaques. On a des présomptions", affirme Benoît Thieulin, directeur innovation chez Open. "Pour celle de mai, on pense, sans preuve toutefois, à des organisations paraétatiques mafieuses proches de la Corée du Nord. Là, comme l'Ukraine a été ciblée, certains pensent aux services secrets russes ou aux mafias proches du pouvoir russe", détaille l'ancien président du Conseil national du numérique.

"Des armées" aux manettes

"Ces attaques nécessitent beaucoup de compétences, d'organisation, des moyens humains importants et de la puissance de calcul : des bons ordinateurs et de l'intelligence artificielle", explique Benoît Thieulin. "Elles ne sont pas ou plus le fait d'un jeune boutonneux dans sa chambre, mais le fait d'armées privées liées aux mafias, ou publiques liées à un État".

Selon lui, "ces cyberattaques contribuent à faire de la pédagogie" et poussent les entreprises et les particuliers à mieux se protéger et à devenir moins vulnérables, en complexifiant notamment les mots de passe, souvent trop simples.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un écran piraté lors de la cyberattaque contre Microsoft, le 15 mai 2017.
Un écran piraté lors de la cyberattaque contre Microsoft, le 15 mai 2017. (JEAN-FRANÇOIS FREY / MAXPPP)