VIDEO. Wikipédia fête ses 20 ans : un contributeur français nous raconte les coulisses de l'encyclopédie en ligne

Jules, 26 ans, est l'un des référents francophones de la plateforme, qui doit composer avec une nouvelle menace : la désinformation.

En apparence, rien ou presque n'a changé sur Wikipédia depuis son lancement, le 15 janvier 2001. L'encyclopédie libre et gratuite affiche toujours la même interface dépouillée et chacun peut y créer ou y modifier des articles. Pourtant, les contributeurs bénévoles "se sont professionnalisés" avec le temps, assure Jules, 26 ans, qui est conducteur de train mais aussi un "wikipédien" très actif. 

"Je dois passer environ deux heures par jour sur Wikipédia, c'est quelque chose de central dans ma vie", sourit le jeune homme, qui est l'un des référents francophones de la plateforme.

"Quand j'avais seize ans, j'ai commencé à contribuer par hasard, en voulant améliorer les informations sur une série télévisée que je regardais à l'époque."

Jules

à franceinfo

De fil en aiguille, Jules prend goût à l'édification de cette tour de Babel numérique, dont la communauté, "très accueillante" selon lui, veille au grain pour limiter la désinformation.

Plus de 176 millions d'articles recensés

Lancé aux Etats-Unis par les Américains Jimmy Wales et Larry Sanders, le site Wikipédia est disponible en 300 langues environ et comptabilise plus de 176 millions d'articles portant sur tous types de sujets. Près de deux milliards d'appareils s'y connectent chaque mois dans le monde. Un succès porté par une petite équipe de salariés, mais surtout par des dizaines de milliers de bénévoles.

Pour ce qui est de la version francophone de Wikipédia, les Français constituent le gros des contributeurs, "mais on retrouve aussi des Belges, des Suisses, des Béninois, des Québécois", se félicite Jules. Cette communauté linguistique compte plus de 20 000 contributeurs actifs, dont 5 000 membres "très actifs", qui apportent au moins cinq modifications par mois.

"Sur Wikipédia, il n'est pas requis de diplômes. Il n'est pas requis d'être expert dans un domaine donné. Le lecteur ou la lectrice va faire confiance aux sources qui sont citées dans l'article."

Jules

à franceinfo 

Une bataille quotidienne pour la neutralité

Très consultée ces derniers mois, notamment au sujet de la pandémie de Covid-19, Wikipédia repose sur un équilibre fragile. Chacun peut y créer et modifier des articles, mais tout le monde n'y vient pas pour aider à la diffusion des connaissances. "On parle souvent d'encyclopédie libre, mais il y a tout de même des règles, rappelle Jules. Il est vivement déconseillé d'écrire sur soi-même, et les articles peu ou pas sourcés sont vite signalés." 

Depuis plusieurs années, les "wikipédiens" ont fort à faire avec les entreprises et les personnalités politiques désirant contrôler, via des comptes anonymes, le contenu leur page Wikipédia. Parmi les pratiques interdites, on retrouve le "caviardage", terme hérité de la presse papier, du temps où la censure d'Etat recouvrait d'encre noire certains articles. "Le caviardage, aujourd'hui, c'est le fait de supprimer une information qui est présente sur Wikipédia et qui est pourtant étayée par des sources de qualité", explique Jules. Et de citer les condamnations judiciaires en exemple.

Contre ces modifications jugées abusives, l'encyclopédie en ligne dispose heureusement de plusieurs garde-fous. "Chaque article possède un historique, dans lequel sont retracées toutes les modifications successives, détaille Jules. On peut voir qui fait quoi sur un article et ça, c'est accessible à tout le monde." Pour aller plus loin, le jeune homme a récemment lancé un observatoire des sources sur la plateforme. "Wikipédia suit l'évolution de la société, résume-t-il. Il y a davantage de fausses informations et on y fait donc plus naturellement attention."

Des internautes consultent le site Wikipédia à Madrid (Espagne), le 17 juin 2015.
Des internautes consultent le site Wikipédia à Madrid (Espagne), le 17 juin 2015. (MAXPPP)