Twitter va supprimer 350 emplois

Le réseau social à l'oiseau bleu fera-t-il un jour des bénéfices ? Le site accumule les pertes et voit sa croissance ralentir dangereusement. Son fondateur a annoncé jeudi la suppression de 9% de ses effectifs.

La bannière de Twitter recouvre la Bourse de New-York lors de son introduction sur les marchés le 7 janvier 2013.
La bannière de Twitter recouvre la Bourse de New-York lors de son introduction sur les marchés le 7 janvier 2013. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Alors que Facebook, Instagram et Snapchat drainent toujours plus de monde, le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a de moins en moins d'options pour relancer une application pourtant si prisée par le monde des médias et de la politique.La firme de San Francisco n'a jamais réussi à dégager de bénéfices. Elle a donc annoncé, jeudi 27 octobre, une nouvelle réduction de ses effectifs de 9%, soit 350 postes.

Rappelé à la tête de son entreprise il y a un an, Jack Dorsey avait déjà imposé une baisse de ses effectifs de 8%. Ce nouveau tour de vis est censé réduire les coûts du service de micro-blogging et l'aider à générer des profits l'an prochain.

Un plan de relance pour trouver un repreneur

Si Twitter va moins mal au troisième trimestre et ses pertes se réduisent, sa croissance ralentit sérieusement. Elle est tombé à 8%, contre 58% il y a un an. Aujourd'hui, le nombre de ses utilisateurs grimpe à peine à 317 millions, alors que son concurrent Facebook compte 1 milliard 700 millions d'inscrits.

Pour espérer relancer sa popularité, Twitter n'a pas d'autres choix que de miser sur la vidéo et sur une simplification de son interface. Une solution pour espérer trouver un acheteur : de Disney à Google, en passant par saleforce.com, tous les acheteurs potentiels viennent de renoncer à faire une offre de reprise.