Twitter demande de l'aide pour mieux lutter contre les "trolls" et les "bots"

Le réseau social va proposer à des experts extérieurs de soumettre des idées, pour mieux "définir ce que signifie la sérénité pour Twitter, et comment nous pourrions faire pour la mesurer". 

Le logo du réseau social Twitter, au siège de la société à San Francisco, en Californie (Etats-Unis), le 4 novembre 2016. 
Le logo du réseau social Twitter, au siège de la société à San Francisco, en Californie (Etats-Unis), le 4 novembre 2016.  (JOSH EDELSON / AFP)

Twitter a besoin de renfort dans sa lutte contre les "trolls". La société américaine a lancé un appel à candidatures, jeudi 1er mars, afin de l'aider à mesurer la "sérénité" des conversations sur son réseau social. L'objectif : mieux lutter contre les logiciels automatiques, de type "bots", ou contre les internautes malveillants auquel il est confronté.

Des experts extérieurs ont jusqu'au 13 avril pour soumettre des idées, afin d'aider à "définir ce que signifie la sérénité pour Twitter et comment nous pourrions faire pour la mesurer", détaille le texte de présentation de l'initiative.

"Nous ne pouvons pas et ne voulons pas faire ça tout seul", a affirmé le cofondateur et PDG de Twitter, Jack Dorsey, dans l'un de ses tweets présentant l'initiative. 

Des armées de "trolls" et "de la manipulation par des 'bots'"

Depuis l'élection présidentielle américaine de 2016, Twitter et d'autres plateformes ont découvert comment des "bots", entre autres, ont été utilisés pour créer des divisions politiques et diffuser des canulars en ligne. 

Nous avons vu de l'abus, du harcèlement, des armées de "trolls", de la manipulation par des "bots" et par de la coordination humaine, des campagnes de désinformation.Jack Dorsey, cofondateur et PDG de Twitter

"Nous ne sommes pas fiers de (la manière) dont les gens ont profité de notre service ou de notre incapacité à y remédier assez rapidement", a reconnu Jack Dorsey sur Twitter. 

Twitter a déjà mis en place plusieurs initiatives pour garantir des règles et mieux limiter la désinformation, la propagande et la provocation. Les premiers projets sélectionnés à la suite de ce dernier appel à candidatures doivent être annoncés en juillet.