Affaire Benalla : une ONG belge créée la polémique

DisinfoLab, une ONG belge veut recenser les 4.5 millions de tweets générés par l'affaire Benalla. Un travail remis en question par les utilisateurs de Twitter, qui dénoncent un fichage politique.

Voir la vidéo

L'affaire Benalla représente plus de 4,5 millions de tweets, un volume huit fois supérieur au hashtag #balancetonporc. L'ONG belge DisinfoLab a référencé les auteurs de ces tweets sur l'affaire Benalla. Deux listes apparaissent dans lesquelles apparaissent près de 60 000 pseudos Twitter. La première recense la majorité des comptes tandis que la deuxième ne réunit que les comptes jugés actifs. Mais ces listes affichent parfois des noms ou des appartenances politiques et certains dénoncent un "fichage".

Des plaintes déposées auprès de la CNIL

Face aux nombreuses incompréhensions, l'ONG se défend : "Dans un souci de transparence on a décidé de montrer que notre travail est sérieux. Les données utilisées sont publiques". Néanmoins, plusieurs plaintes ont été déposées auprès de la CNIL. La CNIL a répondu qu'elle"instruira les plaintes dont elle a été saisie dans la cadre de la coopération instaurée par le RGPD". Depuis, l'un des chercheurs à l'origine de l'étude a annoncé sa démission.

La Cnil va instruire les plaintes dont elle a été saisie concernant les conditions dans lesquelles une ONG belge a réalisé une étude sur l\'impact de l\'affaire Benalla sur les réseaux sociaux. (photo d\'illustration)
La Cnil va instruire les plaintes dont elle a été saisie concernant les conditions dans lesquelles une ONG belge a réalisé une étude sur l'impact de l'affaire Benalla sur les réseaux sociaux. (photo d'illustration) (JAAP ARRIENS / NURPHOTO / AFP)