Le réseau social Twitter se retire du Code européen de bonnes pratiques contre la désinformation

Malgré ce retrait, la plateforme doit rester engagée dans la lutte contre les fausses informations, a exhorté Thierry Breton, commissaire européen à l'Industrie.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le siège social de Twitter à San Francisco (Etats-Unis), le 28 octobre 2022. (CONSTANZA HEVIA / AFP)

Un pas en arrière. Twitter a décidé de quitter le Code de bonnes pratiques de l'UE contre la désinformation en ligne, mais "ses obligations demeurent", a annoncé samedi 27 mai le commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton, dans un message publié sur le réseau social en question. "Vous pouvez courir mais vous ne pouvez pas vous cacher", a prévenu le responsable européen. "Au-delà des engagements volontaires, la lutte contre la désinformation sera une obligation légale en vertu de la DSA (la loi sur les services numériques) à partir du 25 août, lui a-t-il rappelé. Nos équipes seront prêtes à faire appliquer la loi."

D'ici à l'entrée en vigueur de ce règlement, Thierry Breton a prévu de se rendre en Californie pour rencontrer les géants de la Silicon Valley, leur proposant de passer des audits "à blanc", c'est-à-dire préalables et sans conséquence en cas d'infraction. Dès fin août, ces entreprises seront en effet placées sous la surveillance de la Commission européenne et soumises à des règles renforcées, dont l'obligation d'un audit annuel indépendant pour s'assurer qu'elles luttent efficacement contre la désinformation, la haine en ligne ou les contrefaçons.

Des engagements pour contenir les fake news

Lancé en 2018, et renforcé depuis, le Code européen de bonnes pratiques regroupe une trentaine de signataires comme les géants d'internet Meta, Google, Microsoft, TikTok, mais aussi de plus petites plateformes, ainsi que des professionnels de la publicité, des fact-checkeurs et des ONG. Ce texte contient une quarantaine d'engagements visant notamment à mieux coopérer avec les fact-checkeurs et à priver de publicité les sites diffusant de fausses informations.

Depuis le rachat de Twitter il y a six mois, la gestion de l'entreprise et le règlement de la plateforme font régulièrement polémique. Le milliardaire Elon Musk a notamment assoupli la modération des contenus problématiques, une aubaine pour de nombreux comptes bannis après des propos polémiques ou trompeurs sur l'actualité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.