Cet article date de plus de cinq ans.

Le patron de Facebook s'engage à dépenser trois milliards de dollars "pour soigner toutes les maladies"

Mark Zuckerberg estime qu'il est possible de trouver des traitements à toutes les maladies d'ici le siècle prochain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, et son épouse Priscilla Chan, annoncent un plan de lutte contre les maladies, à San Francisco (Etats-Unis), le 21 septembre 2016. (BECK DIEFENBACH / REUTERS)

Trois milliards de dollars (2,68 milliards d'euros) et environ un siècle pour soigner toutes les maladies. Mark Zuckerberg et sa femme Priscilla Chan ont promis, mercredi 21 septembre, de verser trois milliards de dollars dans la décennie à venir pour contribuer à la prévention et la guérison des maladies. "C'est un objectif ambitieux", reconnaît le fondateur de Facebook"Nous avons passé ces dernières années à en discuter avec des experts qui estiment que c'est possible, donc on va essayer de creuser le sujet", a expliqué Priscilla Chan, pédiatre, lors d'un événement à San Francisco.

Le jeune entrepreneur philanthrope de 32 ans estime que, étant donnée l'espérance de vie moyenne, ce don permettra à la Chan Zuckerberg Initiative d'avoir assez de moyens jusqu'à la fin de ce siècle pour trouver "des traitements contre toutes les maladies" ou, à défaut, de rendre gérables celles qui sont à l'heure actuelle mortelles. Le Docteur Priscilla Chan a souligné que cela ne signifiait pas que "personne ne tombera plus jamais malade, mais moins. Et nous devrions être capables de détecter et les traiter".

L'intelligence artificielle au service de l'imagerie

Leur premier don de 600 millions de dollars servira à créer un grand centre biologique ("biohub") à San Francisco, où des chercheurs travailleront au développement d'outils pour mieux étudier et comprendre les maladies. Ce "biohub" rassemblera des ingénieurs et scientifiques de trois prestigieuses universités californiennes.

"Mais il faudra des années pour que ces outils soient construits, et encore plus longtemps pour qu'ils fonctionnent à pleine capacité. C'est dur mais nous devons être patients, c'est important", a prévenu Mark Zuckerberg. Le patron de Facebook a estimé qu'il existait une poignée de grosses maladies, comme le cancer ou les maladies neurodégénératives, et il est "assez aisé" d'imaginer quels types d'outils seraient nécessaires pour mieux les comprendre et trouver le moyen de les guérir.

Mark Zuckerberg a ainsi évoqué la possibilité de mettre à profit les progrès en intelligence artificielle pour travailler sur l'imagerie du cerveau par exemple, ou pour apprendre à des machines à analyser toutes seules le génome, ce qui permettrait d'accélérer les recherches.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Facebook

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.