Cet article date de plus de trois ans.

Découvrez Vero, le réseau social qui veut concurrencer Facebook et Twitter

Lancée en 2015, l'application connaît depuis peu un engouement mondial grâce à une campagne de communication bien rodée. 

Article rédigé par
Juliette Campion - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Campagne de communication de l'application Vero. (Site de l'application Vero)

Si vous êtes un utilisateur d'Instagram, vous avez sûrement vu passer un post à propos de Vero, le nouveau réseau social qui entend bien se démarquer de ses concurrents. Le site connaît un succès retentissant depuis quelques semaines : il était l'application la plus téléchargée de l'App Store, mardi 27 février. Les créateurs de Vero "parient qu’il y a encore une place pour un nouveau type de réseau social qui accorderait plus d’attention aux nuances des vraies relations humaines" d'après le site américain TechCrunch (en anglais). Franceinfo vous en dit plus sur les promesses de ce réseau social très ambitieux. 

Mais pourquoi tout le monde parle de Vero ? 

Parce que ses fondateurs ont tout fait pour ! L'application, uniquement disponible sur smartphone, existe en fait depuis 2015. Elle a été créée par trois hommes : Scott Birnbaum, un entrepreneur spécialisé dans les nouvelles technologies, et Motaz Nabulsi, un producteur de films jordanien. Le troisième fondateur est leur cousin, Ayman Hariri. Son nom vous dit peut-être quelque chose : il est le fils de Rafiq Hariri, l'ex-Premier ministre libanais assassiné en 2015. L'idée de créer Vero lui est venue car il se sentait "frustré par les réseaux sociaux existants", raconte la chaîne américaine CNBC (en anglais). 

Mais depuis deux ans, le succès n'était pas vraiment au rendez-vous pour Vero, qui peinait à se faire une place parmi une offre de réseaux sociaux pléthorique. Les fondateurs ont donc investi dans une grande campagne de communication relayée par des influenceurs de taille. Ils ont fait appel au très populaire Zack Snyder, le réalisateur de Justice League et 300. Il est le premier à avoir fait parler de l'application en réalisant un film promotionnel pour le compte du réseau social, visible en avant-première sur l'application le 19 septembre 2017. Ce court-métrage de quatre minutes, entièrement réalisé à l'iPhone, rappelle l'ouverture de Watchmen - Les Gardiens, l'un des grands succès de Zack Snyder.  

D'autres ont suivi, comme Christian Collins, acteur dans plusieurs blockbusters et possédant plus de 3 millions d'abonnés sur Instagram. En plus de cette vaste opération "people", l'entreprise a martelé sur ses réseaux sociaux qu'elle s'engageait à garantir la gratuité de l'inscription pour le premier million d'utilisateurs. Le "buzz" a fonctionné : d’après Europe 1, Vero a connu une croissance de recherches Google de 300% en février 2018. 

J'ai l'impression que ça ressemble beaucoup à Twitter et Facebook. Y a quoi de neuf ? 

C'est vrai qu'il y a des similitudes flagrantes avec les deux mastodontes des réseaux sociaux. On peut partager des contenus (photos, vidéos, liens...), discuter de films, séries, livres et d'endroits que l'on a appréciés tout en "likant" les contenus de sa communauté. Comme sur Twitter, l'application met en avant les hashtags populaires et propose des personnalités à suivre. Vero contient également une messagerie instantanée, sur le même modèle que le Messenger de Facebook. 

Mais Vero entend se différencier par quelques nouveautés. Sa grande promesse est d'abord de ne pas utiliser les données de ses utilisateurs. Dans son "manifeste", l'entreprise s'engage à ne "jamais exploiter" leurs données même si, dans ses conditions d'utilisation, elle indique collecter leur numéro de téléphone, leur adresse mail ou leur localisation, pour une utilisation interne. Autre problème pointé par Télérama : "Le contenu posté par un utilisateur reste la propriété de celui-ci, mais Vero s’en octroie un usage illimité et perpétuel, 'sous quelque forme que ce soit, connue ou encore à développer'." Comme sur Twitter, Instagram et Facebook. 

L'autre grande promesse de Vero est de ne pas recourir à la publicité, contrairement à ses concurrents. Dans le magazine LifestyleAyman Hariri expliquait l'année dernière : "Nous estimons que les modèles gratuits comme ceux de Facebook, Twitter et Instagram sont porteurs d’importants coûts cachés sous la forme de publicités non sollicitées et de collectes de données." 

Enfin, Vero offre la possibilité à ses utilisateurs de choisir les paramètres de confidentialité de chaque publication. En un clic, les utilisateurs décident qui peut voir tel ou tel contenu : les "amis proches", les "amis" ou les "connaissances". L'application s'engage aussi à ne pas recourir aux algorithmes sur le fil des publications. Contrairement à Facebook ou Twitter, elles apparaissent par ordre chronologique, et non en fonction des préférences ou des centres d’intérêt de chaque utilisateur. 

Et quand on le teste, ça donne quoi ?  

Franceinfo a joué les cobayes pour vous. Tout d'abord, l'inscription est très rapide : il suffit d'entrer son nom, prénom, son adresse mail et son numéro de téléphone. Une fois dans l'interface aux tons vert et noir, l'utilisateur est invité à rédiger une biographie et peut ajouter sa photo. On lui propose ensuite de rechercher des utilisateurs de l'application parmi les contacts de son téléphone pour les ajouter en amis.

Application Vero  (Capture d'écran)

Ensuite, Vero propose, comme sur Twitter, de suivre quelques comptes de personnalités présentes sur le réseau social. Dans notre cas, deux illustres inconnus : Clay Enos (un photographe) et Max Joseph (un réalisateur). Ensuite, comme sur Facebook, vous pouvez poster un contenu : photo ou vidéo, lien, musique...

Application Vero  (Capture d'écran)

Mais difficile de vous en dire plus car la plateforme, victime de son succès, s'avère totalement saturée. Du coup, elle marche au ralenti et il nous a été impossible de publier quoi que ce soit. Le bug a provoqué un tollé chez les utilisateurs, comme en témoignent leurs messages ironiques postés sur Twitter : 

Depuis quelques jours, le site tente de remédier à ces lenteurs et poste de nombreux messages sur son compte Twitter assurant qu'ils font tout pour tenter de remédier à la situation... Patience donc, avant de pouvoir vraiment se faire un avis sur ce nouveau venu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.