"52 800 euros pour un émoji, ça fait cher" : la campagne de l'Assemblée de Corse pour une émoticône ne fait pas l'unanimité

Les députés de l'Assemblée de Corse ont approuvé, jeudi, une délibération proposant que l'île dispose de son petit pictogramme à la tête de Maure. Mais certains élus estiment que cet argent pourrait servir à autre chose.

Le drapeau corse à la tête de Maure, dans les rues de Calvi (Haute-Corse). 
Le drapeau corse à la tête de Maure, dans les rues de Calvi (Haute-Corse).  (MAGNIN / SIPA)

Après la Guadeloupe, la Bretagne ou la Martinique, c'est l'île de Beauté qui veut que son drapeau intègre la liste des émojis existants. Les députés de l'Assemblée de Corse ont approuvé, jeudi 29 novembre, le lancement d'une démarche allant dans ce sens. Son nom : "EMOJI CORSICA". 

Dans son rapport, le président du conseil exécutif explique que "la Corse dispose déjà d'une identité numérique forte, mais incomplète." Selon Gilles Simeoni, "le drapeau de la Corse est universellement reconnu comme étant un des symboles du territoire. C'est donc le moyen simple pour permettre aux Corses et à tous les amoureux de la Corse d'y faire référence dans leur communication sur internet."

Pour cette opération, un investissement de 52 800 euros est prévu. A en croire les détails du plan de financement qui figurent sur le rapport, une enveloppe de 8 000 euros est notamment prévue pour la création, entre autres, d’un site et d'une page Facebook. 12 000 euros seront alloués à la rédaction du dossier de candidature. 5 000 euros seront aussi consacrés à la campagne de sensibilisation auprès des représentants français des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon). 

Capture d\'écran de la délibération de l\'Assemblée de Corse, le 29 novembre 2018.
Capture d'écran de la délibération de l'Assemblée de Corse, le 29 novembre 2018. (FRANCEINFO)

Tout est parti d'une pétition lancée il y a sept mois par un internaute pour que l'île de Beauté dispose de son petit pictogramme à la tête de Maure, comme le drapeau de l'île. Plus de 4 100 personnes l'ont déjà signée.

"Un mauvais signal"

Mais l'initiative n'est pas du goût de tout le monde. Plusieurs élus locaux la trouvent "malvenue". A commencer par le groupe Andà per Dumane, allié de La République en marche, qui a choisi de s'abstenir lors du vote. "52 800 euros pour un émoji, ça fait quand même cher la promotion de notre île, grince des dents Jean-Charles Orsucci, le président du groupe. En termes de dépense publique, je trouve que c'est un mauvais signal vu le contexte économique de notre île." 

On n'est pas contre l'idée. Mais pas maintenant. Il y a d'autres priorités.Jean-Charles Orsuccià franceinfo

Celui qui est aussi maire de Bonifacio estime que cet argent pourrait servir "à autre chose", "à réhabiliter des logements", "à combattre les violences faites aux femmes", "bref, c'est déplacé."  

Rien n'est encore fait. L'Assemblée de Corse doit d'abord déposer un dossier de candidature auprès du Consortium Unicode, qui étudie les dossiers. Si tout se passe bien, l'émoji "Corsica" pourra ponctuer nos messages... à partir de septembre 2020.