Cet article date de plus de six ans.

Ancien ingénieur chez Google, Mo Gawdat dévoile la formule mathématique du bonheur

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Après 10 ans chez Google, l’Égyptien Mo Gawdat a décidé de se pencher sur la question du bonheur, qu’il a réduit à une équation dans son livre "La Formule du bonheur" qui vient de sortir en France.
Ancien ingénieur chez Google, Mo Gawdat dévoile la formule mathématique du bonheur Après 10 ans chez Google, l’Égyptien Mo Gawdat a décidé de se pencher sur la question du bonheur, qu’il a réduit à une équation dans son livre "La Formule du bonheur" qui vient de sortir en France. (BRUT)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions

Après dix ans chez Google, l’Égyptien Mo Gawdat a décidé de se pencher sur la question du bonheur, qu’il a réduit à une équation dans son livre "La Formule du bonheur" qui vient de sortir en France.

Après dix ans à Google [X], le laboratoire d’innovations du géant du web, Mo Gawdat a décidé de tout lâcher pour étudier le bonheur. Son livre "La Formule du bonheur" est sorti en France aux éditions Larousse.

L’Égyptien de 50 ans est parti d’un constat sur son expérience personnelle. Il explique avoir été heureux jusqu’à ses 23 ans, alors que sa vie n’était "pas facile". Mais à 29 ans, alors que sa carrière avait décollé et que "la vie s’était montrée généreuse", il tombe en dépression : "Ça a été pour moi l’occasion de reconsidérer la façon dont je voyais la vie."

L’équation du bonheur

Il considère que le bonheur est un phénomène "prévisible", qu’il résume en une équation: le bonheur est supérieur ou égal à la différence entre les évènements de la vie et les attentes sur ce que doit être une vie réussie : "C’est la comparaison entre un événement donné et la façon dont vous percevez une vie réussie qui vous rend heureux ou malheureux."

L’ingénieur prend l’exemple de la pluie : un fermier souhaitant arroser ses plants en sera heureux, alors qu’une personne souhaitant profiter d’un week-end ensoleillé en sera malheureuse. Il souligne l’importance des attentes dans cette équation : "Si vous ne désirez pas un iPhone 10, cela ne vous rend pas malheureux de ne pas en posséder."

"Sans le brouhaha qui résonne dans nos têtes, on est naturellement heureux."

Une vision du bonheur qui le rendrait accessible à tous. Bo Gawdar compare le bonheur au sport : "Tout le monde peut être en forme pour peu qu’il fasse les efforts nécessaires. Pour le bonheur, c’est pareil." Il explique qu’il faut faire du bonheur une priorité, plus que le succès ou la richesse. La corrélation entre argent et bonheur s’arrêterait quand le salaire perçu permettrait de répondre aux besoins primaires. Au-delà, "gagner davantage d’argent ne vous rend pas plus heureux".

La solution du bonheur, selon Mo Gawrat, serait donc de faire du bonheur une priorité, et de faire des efforts dans ce sens : "Si nous faisons le choix de ne pas être malheureux alors il me semble que nous pouvons tous être bien plus heureux." Car le bonheur ne serait pas extérieur, mais une "satisfaction paisible qui réside au sein de chacun de nous".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.