Cet article date de plus de huit ans.

Comment Yahoo! se prépare à revenir dans la course

Le géant de l'internet se recentre sur ses activités phares et, surtout, multiplie les rachats de sociétés pour concurrencer Google et Facebook.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le logo de Yahoo! au siège du groupe américain, à Sunnyvale (Californie, Etats-Unis), le 16 avril 2013. (ROBERT GALBRAITH / REUTERS)

La fièvre acheteuse a gagné les Français depuis le 26 juin, et le début des soldes d'été. Mais cela fait déjà plusieurs mois que le géant américain de l'internet Yahoo! flambe à tout va. Objectif : revenir dans la course face à Google après avoir raté les virages des réseaux sociaux et de l'internet mobile. La dernière acquisition date du mercredi 3 juillet. Il s'agit de Xobni, une start-up de San Francisco (Californie, Etats-Unis), spécialisée dans la gestion des e-mails. Francetv info revient sur la manière dont Yahoo! se reconstruit.

Des achats ciblés

Pour rajeunir son public. Yahoo! s'est offert au mois de mai la populaire plateforme de blogs Tumblr. Un achat à 1,1 milliard de dollars (800 millions d'euros) qui doit permettre au groupe de réaliser l'un de ses principaux objets : séduire un public plus jeune. Lancé en 2007, Tumblr fait fureur grâce à sa simplicité d'utilisation, son importante communauté et ses images animées (surtout les gifs, prononcer "jif").

Pour améliorer sa messagerie. En achetant Xobni, Yahoo! met la main sur une application compatible avec les systèmes de messagerie de Microsoft (Outlook) et de Google (Gmail) ainsi qu'un gestionnaire de contacts pour l'iPhone et les smartphones sous Android. Une façon de rattraper le retard accumulé sur les appareils mobiles.

Pour mettre un pied dans la vidéo. Yahoo! n'a toujours pas réussi à arriver dans ce secteur. Après avoir échoué à acheter YouTube (en 2006), Dailymotion (en 2013), le groupe espère acquérir Hulu, une plateforme de vidéo à la demande uniquement disponible aux Etats-Unis et au Japon. Elle produit des web-séries et d'autres contenus vidéos depuis 2010. Yahoo! est d'ailleurs à l'origine d'Electric City, une série produite par l'acteur américain Tom Hanks. Mettre la main sur Hulu est enjeu est de taille pour Yahoo!. Pour réaliser son importance, il suffit de rappeler un chiffre : le groupe compte mettre sur la table entre 600 et 800 millions de dollars (entre 461 millions et 615 millions d'euros), selon le site spécialisé américain AllThingsDigital (lien en anglais).

Pour être viral. Yahoo! a officialisé, mardi 2 juillet, le rachat de Qwiki. Cette start-up développe une application qui permet de transformer une vidéo prise sur un smartphone, ou une série de photos, en un clip accompagné de musique. L'application est rapidement devenue populaire grâce à l'intégration d'outil de partage sur les réseaux sociaux. Voici une vidéo de démonstration. 

Pour attirer les fans d'infos. 30 millions de dollars (plus de 23 millions d'euros). C'est la somme que le groupe a versé, en mars, à un Britannique de 17 ans pour acheter son application : Summly. Celle-ci résume rapidement les informations par thèmes pour les smartphones. Yahoo! compte fermer le programme mais intégrera sa technologie dans ses services pour améliorer la diffusion d'informations sur les appareils mobiles.

Pour séduire les gamers. Fin mai, la firme de Sunnyvale s'est payé PlayerScale, une plateforme multisupport qui compte 150 millions de joueurs. Avec un catalogue de 4 000 titres, Yahoo muscle sa section jeux en ligne pour tenter de rivaliser avec des poids lourds comme Facebook.

Une réorganisation

Yahoo! ne se contente pas d'acheter à tour de bras. Le changement s'opère aussi par un grand ménage. Le 28 juin, le groupe a ainsi annoncé sur son blog (lien anglais) la fermeture de 12 de ses services. Parmi ceux qui vont s'éteindre, le moteur de recherche AltaVista (acheté en 2004). Mis en ligne en 1995, il a été le premier moteur de l'histoire de l'internet, rappelle le site spécialisé 01net.

Parmi les autres services à fermer, L'Expansion note que l'extension musicale FoxyTunes et le service de flux Yahoo RSS alerts ont été éteints le 1er juillet, après une première vague de mises à l'arrêt le 28 juin.

Un lifting de ses services clés

La page d'accueil. La patronne du groupe a présenté une nouvelle mouture en février. Se voulant plus "intuitive et personnelle", elle accorde une place plus importante aux contenus partagés sur les réseaux sociaux. Parmi les autres nouveautés, un fil d'actualité avec un défilement continu façon Twitter.

Le moteur de recherche. Il a subi une cure de jouvence présentée le 5 juin. Pour gagner en clarté, les résultats s'affichent plus haut dans la page, juste sous le champ de recherche. En haut également, une nouvelle barre de navigation permet d'accéder aux autres services de Yahoo! (la messagerie, la page des sports, la Finance, les jeux, Flickr...). Pour l'instant n'espérez pas voir cette nouvelle mouture en France, elle n'est disponible qu'aux Etats-Unis.

Flickr. En perte de vitesse ces dernières années, le service de partage de photos a bénéficié d'un important toilettage en 2013 pour contrer Facebook et Instagram. D'après Marissa Mayer, le site s'est doté d'une "interface plus moderne" et a remisé "les petites vignettes photos" pour donner toute la place aux photos sans aucune légende. Les images apparaissent en haute définition et sont accessibles "partout" grâce à une nouvelle application Android.

Mais pendant ce temps, Google aussi affûte ses armes. La firme de Mountain View a racheté en juin la start-up israélienne Waze, spécialisée dans les services de cartographie en ligne. Une acquisition qui permet au groupe de compléter son très populaire service Googlemaps pour débarquer dans le secteur des GPS. Quand Yahoo! s'efforce de rattraper son retard, Google place de nouvelles billes. La guerre des géants de l'internet n'est pas finie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tech / Web

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.