Ce que l'on sait de la fermeture des sites AlphaBay et Hansa, deux plaques tournantes du "dark web"

Jeudi, les autorités européennes et américaine ont annoncé la fermeture de deux sites qui offraient la possibilité à des revendeurs de passer des annonces pour écouler armes, drogues ou codes de carte de crédit sur Internet. Franceinfo vous en dit plus. 

Les polices américaine et européennes ont annoncé avoir fermé deux importants sites du \"dark web\", le 20 juillet 2017.
Les polices américaine et européennes ont annoncé avoir fermé deux importants sites du "dark web", le 20 juillet 2017. (PHOTOTHEK / GETTY IMAGES)

Enorme coup de filet sur les marchés noirs en ligne. Les polices américaine et européennes ont annoncé, jeudi 20 juillet, avoir fermé deux importants sites du dark web,  AlphaBay et Hansa, où s'échangeaient, sous le manteau et en toute discrétion, armes et drogues. "On vous trouvera, on démantèlera votre réseau et on vous traduira en justice", a même lancé en personne Jeff Sessions, le ministre de la Justice américain .

Franceinfo revient en quatre questions sur ce que l'on sait de ces opérations policières.

1Que trouvait-on sur les sites AlphaBay et Hansa ?

AlphaBay et Hansa offraient la possibilité à des revendeurs de passer des annonces pour écouler armes, drogues, codes de carte de crédit et autres biens illégaux. AlphaBay a été lancé en 2014 après la fermeture un an plus tôt de Silk Roadconsidéré un temps comme le plus grand site de vente de drogues en ligne au monde. Il avait réussi à se propulser à la première place de marché illégale au cours des deux dernières années, rapporte Zdnet.

"Alpha Bay revendiquait regrouper plus de 40 000 vendeurs servant plus de 200 000 clients", relève Nextimpact. Un peu plus de 250 000 annonces concernaient des drogues, précise le site spécialisé. Par ailleurs, plus de 100 000 pages proposaient d'acheter des documents d'identité falsifiés ou volés, des biens contrefaits, des armes à feu ou encore des appareils permettant de récupérer les données de cartes bancaires en les installant sur des distributeurs automatiques. 

AlphaBay et Hansa utilisaient tous les deux la technologie Tor – un réseau informatique qui peut garantir l'anonymat – et des monnaies virtuelles comme le bitcoin pour protéger ses usagers. 

2Qui était à la tête de ses sites ?

En ce qui concerne Hansa, le parquet général de Francfort a annoncé que "les deux exploitants de la plateforme criminelle" étaient deux hommes âgés de 30 et 31 ans originaires d'Allemagne. Ils sont en détention depuis juin 2016 dans le cadre d'investigations liées à une autre affaire.

Du côté d'AlphaBay, la tête pensante était Alexandre Cazes, un citoyen canadien résidant en Thaïlande. Ce programmeur informatique de 26 ans était connu sous les pseudonymes Alpha02 ou Admin, précise Zdnet. Il a été retrouvé mort dans une cellule de police en Thaïlande, le 12 juillet, une semaine après avoir été arrêté par les autorités du pays. La police locale a expliqué qu'il s'était pendu avec sa serviette. Il devait être extradé vers les Etats-Unis.

3Comment se sont déroulées ces deux fermetures ?

En réalité, le site AlphaBay a fermé le 5 juillet. Mais aucune communication officielle n'a été faite avant le 20. Les rumeurs allaient bon train sur les raisons de la suspension, alors qu'habituellement le FBI signale ce genre d'événement. Certains utilisateurs et spécialistes ont ainsi pensé à un exit scam, c’est-à-dire que le site aurait mis la clé sous la porte et les administrateurs seraient partis avec l’argent des clients.

Finalement, les autorités américaines semblent avoir simplement attendu. En fait, Alexandre Cazes a été identifié après "une série d’erreurs grossières", rapporte Zdnet. "Le procès-verbal publié par les autorités américaines explique que l’adresse Hotmail de l’administrateur apparaissait par erreur dans certains mails envoyés par AlphaBay aux utilisateurs qui souhaitaient réinitialiser. Une adresse qui a permis aux enquêteurs de facilement retrouver la trace d’Alexandre Cazes en Thaïlande ainsi que ses activités en ligne", développe le site spécialisé.

Une fois AlphaBay fermé, les utilisateurs se sont précipités sur Hansa. Or, la police néerlandaise avait secrètement pris le contrôle de cette plateforme en juin. Pendant un mois, et jusqu'à la fermeture, les enquêteurs ont donc pu identifier les vendeurs et les acheteurs qui utilisaient Hansa pour leurs échanges. La police néerlandaise a même envoyé un message d’avertissement aux utilisateurs identifiés.

4Est-ce un coup d'arrêt important aux marchés noirs en ligne ?

La place ne devrait pas rester très longtemps vide. "La fermeture d’AlphaBay pourrait ralentir le trafic pendant quelque temps, mais il n’y a aucun doute qu’il reprendra comme avant – peut-être même va-t-il augmenter, explique au Monde Isak Ladegaard. Ce genre d’affaire attire beaucoup d’attention sur le dark web, ce qu’il propose et comment y accéder. Cela entraîne l’arrivée de nouveaux utilisateurs."

"AlphaBay est devenu aussi grand lorsque Evolution a disparu. Evolution était devenu grand lorsque Silk Road 2 avait disparu… ", abonde Nicolas Christin, professeur associé en sciences de l’informatique à l’université Carnegie Mellon de Pennsylvanie. Les regards se tournent désormais vers Dream Market, autre gros site de marché noir. Mais les utilisateurs craignent de ne plus être aussi anonymes.