Le géant américain Amazon visé par le ministère de l’Économie

Mauvaise publicité pour le géant Amazon. Le groupe américain est dans le viseur de Bercy. La plateforme de vente en ligne abuserait de sa position dominante pour imposer ses lois aux entreprises françaises qui travaillent avec elle. Des pratiques qui mettraient même certaines PME au bord de la faillite.

France 3

À quelques jours de Noël, Amazon engrange les commandes. 3,5 millions de personnes se rendent chaque jour sur le site. Amazon règne sur Internet et impose ses conditions au vendeur. Dans leur contrat, on peut lire : "Nous pouvons résilier ou suspendre ce contrat avec effet immédiat pour toute raison et à n’importe quel moment".

Une enquête de deux ans

Cette clause, 10 000 entreprises françaises l’ont acceptée. Amazon est la plus grosse plateforme de e-commerce, incontournable. Un géant qui n’hésiterait pas à suspendre des comptes, notamment en cas d’avis négatifs sur un vendeur. Ces vendeurs se plaignent discrètement sur des forums. Difficile pour eux de s’exprimer s’ils veulent travailler avec la plateforme. Un rapport de force qui pencherait en faveur d’Amazon. C’est la conclusion de l’enquête menée pendant deux ans par la répression des fraudes. Aujourd’hui, le ministère de l’Économie assigne l’entreprise américaine en justice.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un entrepôt d\'Amazon à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône), le 27 septembre 2017. 
Un entrepôt d'Amazon à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône), le 27 septembre 2017.  (MAXPPP)