Résidences secondaires surtaxées : la colère des propriétaires

Les propriétaires sont en colère face à l'envolée des taxes sur les résidences secondaires, la nouvelle arme des maires pour lutter contre Airbnb et la fin de la taxe d'habitation. Dans certaines villes, les montants payés pourraient doubler.

France 2

Une maison en bord de mer, ou un petit appartement meublé en centre-ville, les résidences secondaires meublées sont les plus louées sur internet, alors l'État autorise maintenant les mairies à les surtaxer. Elles peuvent augmenter la taxe d'habitation sur ces biens de 5 à 60 %, ce qui a été décidé par exemple à Nice (Alpes-Maritimes), Paris ou Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

"Une mesure scandaleuse"

À Saint-Nazaire, la mairie a choisi de surtaxer ses biens au maximum, car la ville manque de logements. "Le nombre de résidences secondaires augmente trois plus vite que celui des résidences principales", justifie Martin Arnout, adjoint au maire de la ville. Cette surtaxe pourrait rapporter 150 millions d'euros aux communes. La principale association de propriétaires dénonce une mesure scandaleuse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Tout autour d\'Amatrice, de nombreux hameaux ont été frappés, comme ici à San Lorenzo a Flaviano. Pour éviter qu\'ils ne sombrent dans l\'oubli, le gouvernement s\'est engagé à participer à la reconstruction de toutes les habitations, y compris les résidences secondaires.
Tout autour d'Amatrice, de nombreux hameaux ont été frappés, comme ici à San Lorenzo a Flaviano. Pour éviter qu'ils ne sombrent dans l'oubli, le gouvernement s'est engagé à participer à la reconstruction de toutes les habitations, y compris les résidences secondaires. (MAX CAVALLARI / NURPHOTO / AFP)