Airbnb : amende record pour une locataire qui sous-louait son logement parisien

Une locataire parisienne a été condamnée à rembourser son propriétaire pour avoir sous-loué son bien via le site Airbnb. Une condamnation record de plus de 40 000 euros.

Voir la vidéo
FRANCE 2

C'est un des quartiers les plus touristiques de Paris, au pied de la butte Montmartre, alors certains habitants en profitent pour mettre leur logement en sous-location sur des plateformes type Airbnb. Une jeune femme l'a fait, mais son propriétaire ne lui avait jamais donné son accord. Elle vient d'être condamnée, elle doit quitter son logement et verser plus de 40 000 euros d'amende. "J'ai été de bonne foi, l'important pour moi c'était de maintenir un toit à Paris, étant donné que les loyers à Paris ont considérablement augmenté", explique-t-elle. Une condamnation record qui correspond au montant que la locataire a gagné grâce à Airbnb.

Sous-loué 767 nuits en sept ans

Au total en sept ans, elle a sous-loué l'appartement 767 nuits. Pour l'avocat de la propriétaire, cette décision de la justice doit servir d'exemple : "Ça va nécessairement endiguer la concurrence déloyale dont est victime l'hôtellerie", explique Me Jonathan Bellaiche. La loi interdit aux particuliers de mettre en location leur bien plus de 120 nuits par an. Un plafond plusieurs fois dépassé dans ce cas de figure, sans que Airbnb ne réagisse. La ville de Paris tient également le site comme responsable : "Airbnb touche une commission pour chaque nuitée donc ils savent très bien que la personne avait explosé tous les plafonds, donc je pense qu'il est temps de responsabiliser les plateformes", explique Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris en charge du logement. Pour sa défense, Airbnb explique que la loi est clairement rappelée sur son site internet et que c'est aux usagers de veiller à son respect.

Le JT
Les autres sujets du JT
Airbnb (photo d\'illustration).
Airbnb (photo d'illustration). (LP/ JEAN NICHOLAS GUILLO / MAXPPP)