Cet article date de plus de sept ans.

4G : de la friture sur la ligne entre Montebourg et Niel

Le ministre du Redressement productif accuse le fondateur de Free de favoriser le low cost au détriment des emplois et de l'investissement dans les télécoms.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Xavier Niel (à gauche) et Arnaud Montebourg, le 25 juin 2013 à Paris.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Rien ne va plus entre Arnaud Montebourg et Xavier Niel. Le ministre du Redressement productif accuse le fondateur de Free de favoriser le low cost au détriment des emplois et de l'investissement dans les télécoms. Depuis, les deux hommes s'écharpent par médias interposés. Francetv info revient sur ce duel. 

Acte 1 : Montebourg critique la stratégie low cost de Free

Tout débute le 3 décembre dernier. Arnaud Montebourg critique sur Twitter la guerre des prix menée par Free. L'opérateur propose en effet la 4G au même prix que la 3G, une initiative qui amène ses concurrents à réagir l'un après l'autre. Selon le ministre, cette stratégie entraînerait une casse sociale.

Acte 2 : Niel réplique avec un ancien tweet de Montebourg

Xavier Niel a choisi l'ironie pour répondre au ministre, en utilisant un tweet d'Arnaud Montebourg datant de janvier 2012 (avant qu'il soit ministre). Le socialiste s'était alors réjoui que Free mobile propose un forfait illimité à prix cassé.

Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a mis son grain de sel le 16 décembre. Dans une interview au Figaro, le PDG d'Orange, concurrent de Free, a ainsi qualifié Xavier Niel de "roi de l'embrouille". Dans cette polémique, il apporte son soutien "personnel et celui d'Orange" à Arnaud Montebourg, dénonçant "la démagogie consumériste appliquée à notre secteur [qui] fait des ravages"

Acte 3 : Montebourg craint "un mort" parmi les opérateurs

Pour s'expliquer, le ministre a reçu mercredi 18 décembre Xavier Niel. A-t-il été entendu par l'opérateur ? Impossible à dire pour le moment, mais à l'issue de cette rencontre, Arnaud Montebourg en a rajouté une couche : "Il est possible que, dans cette guerre des prix, nous ayons un mort et que finalement on se retrouve à trois opérateurs", a prévenu le ministre interrogé sur RTL, appelant à la "modération".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tech / Web

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.