Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Ayrault : atteindre les 3% de déficit en 2013 est "un objectif impératif"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Francetv info
Article rédigé par
France Télévisions

Le Premier ministre a également précisé que les œuvres d'art ne seraient pas intégrées dans le calcul de l'impôt sur la fortune.

POLITIQUE – Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a qualifié mardi 16 octobre "d'objectif impératif" le retour du déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB) en 2013, un chiffre remis en cause au sein de sa propre majorité."C'est un objectif impératif, c'est la souveraineté nationale qui est en jeu, c'est les marges de manœuvre qu'il faut que l'on retrouve", a-t-il déclaré sur Europe 1 alors que le président PS de l'Assemblée, Claude Bartolone, a évoqué dimanche le "côté absurde" de cet objectif. L'Assemblée commence mardi l'examen du projet de budget 2013. 

Jean-Marc Ayrault a également annoncé que le gouvernement n'envisageait pas d'étendre aux résidences secondaires la redevance audiovisuelle : "Ce n'est pas la position du gouvernement." Pourtant, dimanche, le ministre délégué chargé du Budget, Jérôme Cahuzac, avait dit que le gouvernement était "favorable" à cet amendement.

Enfin, le Premier ministre a précisé que les œuvres d'art ne seraient pas intégrées dans le calcul de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). "La position du gouvernement est très claire", a-t-il affirmé. La commission des Finances de l'Assemblée nationale avait adopté mercredi à une large majorité un amendement socialiste au projet de budget visant à inclure les œuvres d'art d'une valeur de plus de 50 000 euros dans le calcul de l'ISF. Mais la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, avait exprimé son opposition à cette disposition qui avait suscité un vif émoi dans les milieux de l'art, assurant que Matignon et l'Elysée y étaient opposés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.