VIDEO. Amiens-Nord : un sentiment d'abandon

Pour beaucoup d'habitants, le chômage des jeunes et l'enclavement des quartiers nord expliquent les émeutes.

France 2 - Sarah Bernuchon et Guillaume Beaufils

AMIENS - Les quartiers nord d'Amiens se préparent à passer mercredi 15 août à une deuxième nuit sous la surveillance accrue des renforts policiers mis en place la veille et maintenus, après les heurts entre jeunes et policiers. Le calme est revenu la nuit précédente mais semble bien précaire. Les rapports entre les habitants et la police sont souvent tendus. Des relations conflictuelles que les habitants expliquent avant tout par leurs conditions de vie. 

Ici, près de la moitié de la population a moins de 25 ans. Le taux de chômage atteint 45%. Et deux jeunes sur trois sont sans emploi. Beaucoup de désœuvrement donc et seulement huit éducateurs pour 18 000 habitants. L'antenne Pôle Emploi est loin des barres, en centre-ville. Et la discrimination à l'embauche permanente, selon les habitants. Quant aux cabinets de médecins, ils ont déserté certains quartiers devenus trop dangereux selon les professionnels de santé. 

Le quartier est en pleine rénovation, les barres HLM côtoient immeubles sur quelques étages. Amiens-Nord est aussi l'une des quinze zones de sécurité prioritaire ciblées par le gouvernement. Mais certains doutent que cela change leur quotidien.

Des voitures calcinées au pied des immeubles, le 15 août 2012, dans les quartiers nord d\'Amiens (Somme), après une nuit d\'émeutes.
Des voitures calcinées au pied des immeubles, le 15 août 2012, dans les quartiers nord d'Amiens (Somme), après une nuit d'émeutes. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)