Cet article date de plus de huit ans.

Vers un gel des prix du gaz ?

Le gouvernement envisage de bloquer les tarifs du gaz en juillet. Ce ne serait pas vraiment du goût de GDF Suez, qui comptait les augmenter de 5%.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les tarifs du gaz devaient augmenter de 5% en juillet, mais le gouvernement songe à les bloquer, révèlent "Les Echos" le 1er juillet 2012. (FRED TANNEAU / AFP)

Se dirige-t-on vers une confrontation entre le gouvernement et GDF Suez ? Alors que le groupe souhaite augmenter les tarifs du gaz de 5% en juillet, l'équipe de Jean-Marc Ayrault réfléchirait à un gel des prix, selon une information des Echos publiée dimanche 1er juillet.

Selon le quotidien économique, "le gouvernement réfléchit sérieusement à publier un arrêté tarifaire qui annulerait la demande du géant de l'énergie". Une décision confirmée à demi-mot par le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, invité de France 2 lundi 2 juillet au matin. Interrogé à ce sujet, il a dit croire "qu'il ne faut pas trop frapper [au portefeuille] les couches moyennes et populaires".

Les Echos soulignent que les parlementaires socialistes craignent qu'une hausse du prix du gaz "rogne la popularité de la nouvelle majorité", après le coup de pouce au smic.

La justice pourrait trancher

Une hausse de tarif de l'ordre de 5% est demandée par GDF Suez pour début juillet afin de refléter la progression des coûts d'acheminement et d'approvisionnement. Après le gel des tarifs imposé en octobre 2011 par le gouvernement Fillon, GDF Suez a par ailleurs réclamé devant le Conseil d'Etat la réparation du préjudice, chiffré à 290 millions d'euros, qu'il estime avoir subi.

Le rapporteur public du Conseil d'Etat lui a donné raison récemment, en recommandant que les factures du quatrième trimestre 2011 soient revues rétroactivement à la hausse, pour compenser le manque à gagner. "Le gouvernement a la tentation de ne pas faire de hausse, mais il sera alors de nouveau attaqué en justice", prévient une source proche du dossier citée par Les Echos.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.