Cet article date de plus d'onze ans.

Une manifestation organisée par les producteurs de lait indépendants (APLI) a rassemblé 400 femmes samedi à Poitiers

Accompagnés de leurs enfants, les quelque 400 femmes, des éleveuses et femmes d'éleveurs, ont bruyamment défilé après avoir partagé un pique-nique dans un parc sous une pluie battante.Il s'agissait de montrer que "ce ne sont pas des hommes qui souffrent, ce sont des familles entières", a expliqué Laurence Legault, une des organisatrices du défilé.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Accompagnés de leurs enfants, les quelque 400 femmes, des éleveuses et femmes d'éleveurs, ont bruyamment défilé après avoir partagé un pique-nique dans un parc sous une pluie battante.

Il s'agissait de montrer que "ce ne sont pas des hommes qui souffrent, ce sont des familles entières", a expliqué Laurence Legault, une des organisatrices du défilé.

La présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, est venue apporter son soutien aux manifestantes qui venaient essentiellement de sa région et de l'Ouest, mais aussi d'Aquitaine, du Limousin, du Pas-de-Calais et du Cantal.

Tirant des pots à lait derrière elles, les manifestantes ont marché derrière la banderole "Prix du lait à 40 centimes", plusieurs d'entre elles portant des croix à la main où était inscrit "Non au libéralisme".

Les éleveuses, qui protestent contre la perte importante de leurs revenus depuis deux ans, ont allumé plusieurs centaines de bougies devant une église de la ville et respecté une minute de silence en hommage aux agriculteurs qui se sont suicidés par désespoir ces derniers mois.

"Nous ne nous versons plus de salaire depuis la crise", témoigne Marie-Hortense Guehenec, agricultrice morbihannaise de 56 ans, qui travaille à perte avec son mari depuis des mois.

Le lait était payé aux producteurs autour de 35 centimes le litre en mars 2009, il est actuellement payé aux alentours de 26 centimes, précise-t-elle.

Sommés par le gouvernement de s'entendre sur les prix du lait, producteurs et industriels français ont réussi mardi à trouver un compromis pour le deuxième trimestre sur ce dossier. Mais cet accord, signé par la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL), branche du principal syndicat agricole FNSEA, ne satisfait pas les organisations minoritaires comme l'Apli (Association des producteurs de lait indépendants).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.