Cet article date de plus de neuf ans.

"Alerte enlèvement" déclenchée après le rapt d'un nourrisson au CHU de Nancy

Ce bébé âgé de 2 jours a été enlevé mardi soir par une femme déguisée en médecin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La maternité régionale universitaire de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 28 décembre 2001. (PIERRE MATHIS / MAXPPP)

Un nouveau-né de 2 jours a été enlevé, mardi 18 décembre vers 21h30, à la maternité régionale de Nancy (Meurthe-et-Moselle) dépendant du Centre hospitalier universitaire (CHU) de la ville. L'information, révélée par RTL, a été confirmée par le parquet à France 3 Lorraine. Le dispositif "alerte enlèvement" a été lancé par le parquet en fin de matinée.

Le bébé est un petit garçon prénommé Lucas. La radio explique que la ravisseuse, vêtue d'une blouse d'infirmière, aurait pénétré dans une chambre occupée par deux jeunes mamans, et proposé d'emmener l'un des bébés passer la nuit à la nurserie. Devant le refus de la mère de ce dernier, elle se serait alors emparée de l'autre enfant, dont la mère, âgée de 24 ans, dormait.

La ravisseuse serait une très jeune femme

Plusieurs témoins auraient vu la ravisseuse sortir de l'hôpital avec le bébé. Les enquêteurs disposent d'images enregistrées par des caméras de surveillance, mais n'ont "pour l'instant aucun élément concernant l'identité de la suspecte".

Il s'agirait d'une jeune femme âgée de 15 à 20 ans, portant les cheveux tirés en arrière avec une frange, vêtue d'un blouson, d'une chemise, d'un pantalon sombre et d'une écharpe. Elle portait un sac de voyage sombre, en bandoulière, qui aurait pu servir à transporter le bébé. L'enfant était vêtu d'un pyjama bleu.

Les personnes disposant de renseignements susceptibles de mettre les enquêteurs sur la piste de la ravisseuse sont invitées à contacter la police au 0 805 200 200 ou au 03 83 17 29 44.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.