Cet article date de plus de huit ans.

Le bailleur HLM Logirep condamné à 20 000 euros d'amende pour fichage ethnique

Il avait refusé en 2005 un logement à un homme au motif qu'il était d'origine africaine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Frédéric Tieboyou lors de la conférence de presse donnée en août 2005 sur la discrimination dont il a été victime de la part du bailleur social Logirep.  (BERTRAND GUAY / AFP)

L'un des plus gros bailleurs sociaux d'Ile-de-France, Logirep, a été condamné, vendredi 2 mai, à 20 000 euros d'amende pour fichage ethnique par le tribunal correctionnel de Nanterre. Il avait refusé en 2005 un logement à un homme, Frédéric Tieboyou, au motif qu'il était noir et était accusé d'avoir constitué un fichier recensant les origines de ses locataires.

Une amende de 50 000 euros avait été requise à l'audience, le 7 mars dernier, par le parquet qui avait également demandé l'effacement des données relatives aux origines ethniques des locataires contenues dans un fichier retrouvé lors de l'instruction.

"Assez de Noirs dans cette tour"

La société HLM, qui gère quelque 36 000 logements, avait été visée par une enquête après le dépôt de plainte pour "discrimination raciale" d'un homme d'origine ivoirienne qui s'était vu refuser, en juillet 2005, un appartement trois pièces dans une tour de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Le demandeur, agent de la RATP, avait visité l'appartement avant d'apprendre que son dossier était rejeté par la commission d'attribution des logements qui, pour motiver son refus, avait coché la case "mixité sociale". Afin d'en savoir plus, le jeune homme avait appelé la Logirep et enregistré sa conversation avec une employée lui expliquant qu'il était "d'origine africaine et qu'il y avait déjà assez de Noirs dans cette tour".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.