Rentrée scolaire : "Tout le monde va avoir un petit peu la boule au ventre"

A trois jours de la rentrée scolaire, "tout le monde va avoir un petit peu la boule au ventre", que ce soient les "enfants mais aussi les parents et les enseignants", a estimé lundi sur franceinfo Laurent Chazelas, psychologue scolaire.

Rentrée scolaire en septembre 2014 à Marseille
Rentrée scolaire en septembre 2014 à Marseille (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Laurent Chazelas, , psychologue scolaire et président de l'association française des psychologues scolaires (AFPEN), a aussi donné plusieurs conseils pour préparer au mieux cet évènement qui peut être une source de stress et donner lieu à "quelques pleurs".

Comment préparer son enfant à la rentrée scolaire?

"Il faut les avoir préparés depuis quelques jours : revenir à un rythme normal au niveau du sommeil. On peut, avec les enfants, aller sur le chemin de l'école, notamment pour les petits qui ne connaissent pas l'école. Leur dire ce qu'il va se passer le jour de la rentrée. Passer quelque temps dans la classe, ne pas rester non plus des heures, et dire voilà je te laisse avec le maître, la maîtresse et je reviens tout à l'heure te chercher, tu vas pouvoir jouer avec tes camarades, faire un petit bisou et partir".

Que dit-on à l'enfant qui ne veut absolument pas aller à l'école?

"On écoute, on rassure, leur dire qu'ils vont retrouver les copains à l'école. Il ne faut pas hésiter à voir les enseignants. Pour les plus grands, les listes des classes sont annoncées en amont. Cela permet aux enfants de se faire des représentations : savoir quels camarades, quels maîtres ils auront dans leur classe".

Quelle attitude doivent adopter les parents vis-à-vis de leurs enfants?

"Si les parents ont de l'inquiétude, ils peuvent la transmettre éventuellement à l'enfant. Il faut parler de manière toujours très positive avec les enfants de l'école, surtout pour les plus petits. Il faut montrer qu'on a confiance en l'école, qu'on est content de les voir grandir".

Laurent Chazelas, psychologue scolaire : "On écoute, on rassure, leur dire qu'ils vont retrouver les copains à l'école"
--'--
--'--