Cet article date de plus de huit ans.

Parrainages des candidats : le Conseil constitutionnel décidera avant le 22 février

Les Sages se prononceront d'ici 20 jours sur la constitutionnalité de la publicité des parrainages, dénoncée par le Front national.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La présidente du Front national Marine Le Pen le 1er février 2012 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le Front national a remporté une première bataille : le Conseil constitutionnel va se pencher sur la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par le parti de Marine Le Pen concernant l'obligation de rendre publics les parrainages d'élus nécessaires pour se présenter à la présidentielle. Le Conseil d'Etat a donné son feu vert à la procédure jeudi 2 février. Les Sages ont annoncé qu'ils se prononceront d'ici le 22 février.

Le Front national réclame depuis des années que soit garanti l'anonymat des élus parrainant un candidat à la présidentielle. Au cours des dernières semaines, Marine Le Pen a accusé l'UMP et le PS de faire pression sur leurs élus pour qu'ils ne la parrainent pas. Elle dit à ce jour avoir recueilli 340 promesses de signature alors qu'il lui faudra 500 parrainages pour se présenter.

Dans ses recommandations au Conseil d'Etat, qui a transmis la QPC aux Sages du Conseil constitutionnel, le rapporteur public a estimé que les conditions de ce transfert étaient réunies. Reprenant un argument de Marine Le Pen, il a notamment souligné l'évolution du fonctionnement de la vie politique depuis la loi organique du 18 juin 1976 qui prévoyait cette mesure. Il a également souligné un décalage entre "l'audience manifeste" que recueille le FN et ses difficultés récurrentes à recueillir les parrainages.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.