Cet article date de plus d'onze ans.

Patrick Ouart retourne chez LVMH

Le conseiller de l'Elysée pour les affaires judiciaires va retourner chez LVMH
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le conseiller de l'Elysée pour les affaires judiciaires va retourner chez LVMHLe conseiller de l'Elysée pour les affaires judiciaires va retourner chez LVMH

Il prendra les fonctions de conseiller du propriétaire du groupe,
Bernard Arnault, et de membre de son comité exécutif. Son départ de l'Elysée devrait être effectif au 1er décembre.

"Il était envisagé depuis longtemps que sa mission ne couvre pas la totalité du quinquennat", dit-on à la présidence. Sa décision est "personnelle", ajoute-t-on.

"M. Ouart est passé devant la commission de déontologie qui a rendu un avis positif sans réserves", a fait savoir une source proche du dossier, confirmant l'information du site internet de Challenges.
La commission de déontologie a pour rôle de contrôler le départ des agents publics dans le secteur privé pour éviter d'éventuels conflits d'intérêt.

Patrick Ouart, 50 ans, est un magistrat passé par le secteur privé (Suez-Lyonnaise des Eaux puis LVMH) qui s'est intéressé tôt à la politique. Engagé à droite, il a appartenu au cabinet du ministre de la Justice Albin Chalandon (1986). Il a également été conseiller justice dans celui du premier ministre Edouard Balladur (1993-1995).

En 2007, il avait suivi à l'Elysée Nicolas Sarkozy, dont il s'était rapproché pendant la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, comme conseiller pour les affaires judiciaires. Son rôle allait bien au-delà, ce qui lui vaudra souvent d'être qualifié de "Garde des Sceaux bis" sous l'ère Rachida Dati, avec laquelle les relations n'étaient apparemment pas toujours au beau fixe.

C'est lui qui a notamment supervisé la réforme de la carte judiciaire et de la procédure pénale. Il a également conseillé M. Sarkozy dans le dossier Clearstream.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.