Nouvelle-Calédonie : "Une réponse politique est incontournable", estime le président exécutif de la Martinique, signataire d'une tribune contre la réforme

"Le gouvernement doit changer radicalement de posture", estime, dimanche sur France Inter, le président du Conseil exécutif de la Martinique.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un drapeau de la Nouvelle-Calédonie. (THEO ROUBY / AFP)

"Une réponse politique est, de mon point de vue, incontournable et je dirais même obligatoire", explique dimanche 19 mai sur France Inter Serge Letchimy, le président de gauche du Conseil exécutif de la Martinique, signataire d'une tribune réclamant le retrait immédiat de la réforme du corps électoral en Nouvelle-Calédonie.

Quatre présidents exécutifs d'outre-mer (Réunion, Guadeloupe, Martinique et Guyane) ont demandé dimanche le "retrait immédiat" de la réforme du corps électoral en Nouvelle-Calédonie, décriée par les indépendantistes et à l'origine d'émeutes dans le territoire du Pacifique sud depuis six jours. Les auteurs de la tribune publiée par le portail média public d'Outre-mer la 1ère écrivent que "seule une réponse politique mettra fin à la montée des violences et empêchera la guerre civile".

"Remettre sur la table l'esprit des négociations"

Pour Serge Letchimy, "il faut aller très vite" et "remettre sur la table l'esprit des négociations qui ont eu lieu [notamment] en 1998", en référence à la signature des accords de Nouméa, "c'est-à-dire la recherche d'une solution politique". "Le gouvernement doit changer radicalement de posture", estime le président du Conseil exécutif de la Martinique. "Il y a une dérive de relation avec les pays dits d'Outre-mer". Selon lui, "on est véritablement dans une phase de révolte qui a ses racines et ses conséquences". Dire qu'il faut rétablir l'ordre "est une évidence" selon lui mais ce n'est pas suffisant : "On peut rétablir l'ordre en disant qu'on rouvre la discussion et en faisant cela, on remet tout le monde autour de la table pour ne pas léser une partie ancestrale de la population".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.