Non, Père Dodu ne lui fait pas du bien

Une habitante d'Amiens, qui affirme s'être reconnue dans une campagne de pub pour des escalopes de dinde, dénonce l'exploitation de son image sans qu'elle ait donné son accord.

L\'affiche publicitaire pour Père Dodu, sur laquelle une Amiénoise affirme être présente, a été diffusée sur 9 000 panneaux publicitaires en France.
L'affiche publicitaire pour Père Dodu, sur laquelle une Amiénoise affirme être présente, a été diffusée sur 9 000 panneaux publicitaires en France. (MRM / MC CANN)

Mise à jour : La base de données d'images Getty a contacté Francetv info, mercredi 13 mai, pour contester cette information. "L’image reproduite dans la campagne de Père Dodu a été prise le 7 février 1964, à New-York, c’est-à-dire avant la naissance de la personne prétendant apparaitre sur cette photo, Céline Facquez, qui dit avoir 39 ans, explique Getty Images. Contrairement à ce qui est allégué, il ne s’agit donc pas d’elle sur cette photo."

Sous ses airs de prendre sa mésaventure à la rigolade, Céline Facquez n'apprécie pas vraiment qu'on l'appelle désormais la "Mère Dodu". Comme l'explique le Courrier Picard, cette Amiénoise de 39 ans s'est reconnue sur une affiche publicitaire des escalopes de dinde Père Dodu, diffusée sur 9 000 panneaux en France. Sur l'image, elle apparaît comme une des groupies qui hurlent le nom de leur idole, en tenant une pancarte sur laquelle est écrit "Dodu, tu me fais du bien".

"Depuis, on m’appelle mère Dodu ! sourit la jeune femme. On peut en rire, mais si c’est de la moquerie, ça peut être énervant. (...) Ce n'est pas très flatteur." Céline envisage même d'engager une action en justice. "Je suis en train de faire des recherches. J’ai fait du théâtre dans ma jeunesse, peut-être que cette photo a été prise à ce moment-là."

"Un montage grossier"

L'affiche serait "un montage grossier" réalisé à partir d'une photo datant des années 1990, selon son avocat Stéphane Diboundje, contacté par francetv info. Céline cherche à retrouver l'original du cliché, pour prouver son identité. S'il s'avère que c'est bien elle sur la photo, et que le cliché a été utilisé commercialement sans son consentement, "ce n'est pas acceptable", estime Maître Diboundje.

McCann, l'agence publicitaire responsable de la campagne de pub, écarte déjà toute responsabilité, estimant avoir acheté, en même temps que la photo, le droit de d'utiliser le cliché commercialement. L'agence de photo Getty Images, qui a vendu le cliché, est incapable pour l'heure de déterminer si Céline apparaît bien sur l'affiche. La photo fait, en effet, partie d'un fond d'archive, probablement lié à un concert. Une situation qui ne demande pas de "garanties" spécifiques en matière de droit d'exploitation de l'image des spectateurs, assure l'agence.