Cet article date de plus de neuf ans.

NKM et Fillon élus, Guéant et Morano battus

Plusieurs ténors de la droite n'ont pas résisté à la vague rose et doivent quitter leur siège de député.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nathalie Kosciusko-Morizet a été réélue dans la 4e circonscription de l'Essonne. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Des ténors qui résistent à la vague rose et quelques têtes qui tombent. Tel est le verdict des urnes, dimanche 17 juin, pour les barons de la droite.

• Des têtes qui tombent

A droite, la défaite la plus retentissante est celle de Claude Guéant à Boulogne-Billancourt. Avec 38,41% des suffrages, il est battu de quelques voix par le dissident UMP Thierry Solère (39,35%) dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine dans le cadre d'une triangulaire avec le PS.

L'ancienne ministre Michèle Alliot-Marie subit une défaite cinglante dans la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Elue députée sans discontinuer, elle a cette fois été battue par la socialiste Sylviane Alaux (51,62%). 

Nadine Morano, qui avait réussi à échapper à une triangulaire, a été battue par le socialiste Dominique Potier, qui était arrivé en tête dimanche dernier dans la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle. L'ancienne ministre de l'Apprentissage a annoncé sa défaite elle-même en direct sur France 2, dénonçant "les coups tordus" de l'humoriste Gérald Dahan, auteur d'un canular dans l'entre-deux-tours.

Francetv info

Sa voisine Valérie Rosso-Debord, députée sortante, a elle aussi été battue (45,85%) par le candidat du PS Hervé Féron dans la 2e circonscription de Meurthe-et-Moselle.

• La plupart des ténors conservent leur siège

Pas de problème en revanche pour le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, qui remporte son duel (59,63%) face à l'écologiste Caroline Pinet dans la 6e circonscription Seine-et-Marne. Xavier Bertrand est élu d'extrême justesse (50,25%) contre la candidate socialiste Anne Ferreira dans la 2e circonscription de l'Aisne. Dans la 4e circonscription de l'Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet (51,48%) bat le socialiste Olivier Thomas. De son côté, l'ancien Premier ministre François Fillon est élu dans la 2e circonscription de Paris, où son parachutage avait fait des remous, avec 56,46%.

Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, dont il a été la plume, est élu député pour la première fois de sa carrière, dans la 3e circonscription des Yvelines, avec 61,85% des voix.

Dans la 1re circonscription de Haute-LoireLaurent Wauquiez, qui avait manqué d'un cheveu sa réélection au premier tour, a largement gagné le second. L'ancien ministre de l'Enseignement supérieur obtient 63,95% contre le PS Guy Vocanson.

Luc Chatel, dans la 1re circonscription de Haute-Marne, l'emporte avec 55,06% face à la candidate écologiste Patricia Andriot (31,99%). L'ancien ministre de l'Economie François Baroin est lui aussi largement réélu avec 56,45% dans la 3e circonscription de l'Aube. L'ex-ministre du Budget Eric Woerth est réélu avec 59,23% contre l'écologiste Patrick Canon. L'ancien ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire est réélu sans difficulté (57,97%) dans la 1re circonscription de l'Eure.

Chez les alliés de l'UMP, le patron du Nouveau Centre, Hervé Morin, est réélu sans surprise dans la 3e circonscription de l'Eure avec 53,17% face à la socialiste Mélanie Mammeri.

A Valenciennes, le radical Jean-Louis Borloo s'impose avec 55,83% dans la 21e circonscription du Nord contre Fabien Thiémé (Front de gauche).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.