Cet article date de plus de dix ans.

Michel Neyret a été mis en garde à vue dans une enquête pour corruption, blanchiment d'argent et trafic de stupéfiants.

L'interpellation de l'adjoint à la Direction interrégionale de la police judiciaire de Lyon n'a pas tardé à éclabousser une dizaine d'autres policiers. L'enquête s'étend à Nice et à Marseille : l'affaire tourne en scandale de grande ampleur. Des liens ont été établis entre des policiers et le grand banditisme.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Michel Neyret, numéro 2 de la PJ lyonnaise, en mai 2011, à l'Hôtel de police de Lyon. (AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES)

L'interpellation de l'adjoint à la Direction interrégionale de la police judiciaire de Lyon n'a pas tardé à éclabousser une dizaine d'autres policiers. L'enquête s'étend à Nice et à Marseille : l'affaire tourne en scandale de grande ampleur. Des liens ont été établis entre des policiers et le grand banditisme.

Michel Neyret, 55 ans, a été interpellé chez lui ce jeudi matin et placé en garde à vue. Il est soupçonné d'être impliqué dans une affaire qui ne date pas d'hier, traitée depuis des semaines par la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris. Au coeur de l'enquête, un trafic international de stupéfiants, une filière colombienne ou sud-américaine de cocaïne. Des comptes bancaires à destination de la Suisse, vraisemblablement alimentés par l'argent de la drogue, ont été découverts, orientant également l'enquête vers du possible blanchiment.

Selon les sources policières, d'autres fonctionnaires de police, "voire des magistrats" pourraient être "rapidement mis en cause". Une dizaine ont été interpellés à leur tour et placés en garde à vue, dans cette affaire qui a des liens "avérés avec le grand banditisme".

Si les faits sont avérés, des "têtes vont tomber", prédisent des sources. Il y a "sans doute des brebis galeuses dont on entend parler depuis pas mal de temps" mais "attention à ne pas se précipiter", avertissent-elles, "on marche sur des oeufs".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.