Mayotte : plus de 300 migrants transférés en France métropolitaine

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Après les annonces de Gérald Darmanin, 308 migrants installés à Mayotte vont être transférés en France métropolitaine. 200 d'entre eux vont être accueillis dans un château des Yvelines.
Mayotte : plus de 300 migrants transférés en France métropolitaine Après les annonces de Gérald Darmanin, 308 migrants installés à Mayotte vont être transférés en France métropolitaine. 200 d'entre eux vont être accueillis dans un château des Yvelines. (France 2)
Article rédigé par France 2 - V. Lerouge, Y. Madec, J.-L. Boulesteix, R. Cann, N. Ali, Mayotte la 1ère, C. Beauvalet
France Télévisions
France 2
Après les annonces de Gérald Darmanin, 308 migrants installés à Mayotte vont être transférés en France métropolitaine. 200 d'entre eux vont être accueillis dans un château des Yvelines.

Dans les Yvelines, un château vide devrait accueillir, dès le mardi 27 février et pour quelques semaines, près de 200 migrants éligibles au droit d'asile, installés à Mayotte. Dans la petite commune de Thiverval-Grignon, les habitants viennent de l'apprendre. Un retraité qui a travaillé sur l'ancien campus s'en réjouit. En tout, 308 migrants, venus de Somalie, d'Ouganda ou du Rwanda, doivent être transférés dans l'Hexagone. Tous étaient installés dans un stade à Mayotte, dans des abris de bois et de bâches. Dimanche 25 février, cinq bus les ont emmenés dans un logement provisoire avant de prendre l'avion lundi en direction de Paris. 

Le cas des autres migrants à l'étude

C'était l’une des promesses de Gérald Darmanin, en déplacement sur l'île il y a 15 jours. Démanteler ce camp qui a déclenché la colère des Mahorais. Il y reste encore 400 migrants installés. La préfecture étudie leur situation au cas par cas. Pour les migrants déboutés du droit d'asile, la préfecture de Mayotte affirme accélérer les expulsions, à l'image de l’avion qui a renvoyé une quinzaine de Congolais vendredi 23 février.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.