Les syndicats FO, CFDT et CGT avaient appelé à la grève dans les hypermarchés Carrefour samedi

Le mouvement a été très suivi, avec de nombreux magasins bloqués par les salariés, des caisses et rayons fermés. La direction assurait de son côté que les magasins étaient ouverts.Les syndicats appellent la direction à revoir à la hausse ses propositions salariales pour 2011 pour maintenir le pouvoir d'achat des 65.000 salariés.

Employés de Carrefour derrière des barrages de caddies renversés, devant le magasin de Lomme (Nord), le 9 avril 2011
Employés de Carrefour derrière des barrages de caddies renversés, devant le magasin de Lomme (Nord), le 9 avril 2011 (AFP / Philippe Huguen)

Le mouvement a été très suivi, avec de nombreux magasins bloqués par les salariés, des caisses et rayons fermés. La direction assurait de son côté que les magasins étaient ouverts.

Les syndicats appellent la direction à revoir à la hausse ses propositions salariales pour 2011 pour maintenir le pouvoir d'achat des 65.000 salariés.

Les syndicats avaient maintenu leur appel malgré l'annonce in extremis, vendredi, par la direction qu'elle allait rouvrir les négociations, en dénonçant un "piège grossier" destiné à casser la mobilisation.

Selon Terglav Dejan, secrétaire fédéral FGTA-FO, la proportion de grévistes était comprise dans de nombreux magasins entre 85 et 100%. "Même là où nous sommes moins présents, il y a 30 à 50% de grévistes", a affirmé le responsable de FO, premier syndicat chez Carrefour (environ 45% des voix), parlant d'un "succès sans précédent".

"C'est la première fois que je vois toutes les organisations appeler à la grève le même jour, après 38 ans chez Carrefour", a souligné samedi Serge Corfa de la CFDT Services.
"Je n'ai jamais vu une mobilisation aussi importante, touchant même de petits hypermarchés comme Beaucaire (Gard) qui a suivi à 80%", a-t-il ajouté, en estimant qu'environ 150 des 200 hypermarchés avaient été affectés.

Selon des correspondants de l'AFP, les grévistes ont parfois érigé des barrages de chariots pour entraver l'accès aux magasins, ou aux parkings, laissant passer les seuls piétons auxquels ils distribuaient des tracts.

La direction a proposé de reprendre mercredi les négociations salariales

Les syndicats jugent insuffisante l'augmentation proposée des salaires de 1% en mars et de 1% en octobre, assortie d'une remise de 10% (au lieu de 7%) sur les achats dans les magasins de l'enseigne et d'une participation aux frais d'entretien des tenues de travail de 6 euros par trimestre.

Ils considèrent que cela ne suffit pas à compenser l'inflation et la perte de pouvoir d'achat des dernières années.
"Il faut savoir que les 3/4 de nos caissières vont faire leur courses dans des hard-discount", a souligné une responsable FO du Var, Chantal Puig.

L'appel intersyndical, peu habituel chez le géant de la grande distribution (le dernier remontait à février 2008), fait suite au mauvais déroulement des négociations salariales.