Les merceries font leur grand retour

Le tricot à la main et tous les travaux d'aiguille deviennent tendance. Conséquence, les merceries qui disparaissaient les unes après les autres refont leur apparition dans les centres-ville.

En plein coeur du quartier textile à Paris, une boutique affiche des airs de parfum d'antan. Rubans, ciseaux, fils et bobines, tout nous replonge dans les jupes de nos grands-mères. La propriétaire est une passionnée d'objets anciens de mercerie. Elle a relancé il y a 10 ans, une marque du XIXe siècle qui éditait des albums de broderie. "Tous les produits que je vends sont fabriqués dans leur région historique d'origine, autrement dit les rubans à Saint-Étienne, le textile dans le Nord, les ciseaux en Haute-Marne", explique Frédérique Crestin-Billet, propriétaire la maison Sajou. La marque exporte dans 19 pays.

Cours de couture

Dans les grandes villes, le renouveau des merceries est réel. L'an dernier, trois lieux ont ouvert dans le même quartier parisien. Mais pour tirer son épingle du jeu, il faut innover. "Brin de cousette", une de ces nouvelles boutiques vend des tissus et des patrons qui collent à la mode et surfent sur la vague du "faire soi-même". La mercerie propose 12 cours par semaine. Tricot, couture, broderie, plus de six Français sur dix pratiquent le faire soi-même.

Le JT
Les autres sujets du JT