Cet article date de plus de dix ans.

Les "indignés" qui s'étaient rassemblés vendredi soir près de la place de la Bastille ont été délogés dans la nuit

Arrivés vers 19h00, les manifestants voulaient installer un campement "pacifique" sur le modèle des "indignés" de la Puerta del Sol à Madrid en Espagne.Ils entendaient "reprendre la Bastille", après l'éviction par la police d'un millier de manifestants de la même place le 29 mai dernier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Près d'un millier "d'indignés" manifestent place de la Bastille à Paris, encadrés par la police, le 29 mai 2011. (AFP - Bertrand Guay)

Arrivés vers 19h00, les manifestants voulaient installer un campement "pacifique" sur le modèle des "indignés" de la Puerta del Sol à Madrid en Espagne.

Ils entendaient "reprendre la Bastille", après l'éviction par la police d'un millier de manifestants de la même place le 29 mai dernier.

"A 04h00, une cinquantaine de policiers nous ont encerclés sur le boulevard Richard Lenoir où on s'est installés et nous ont demandé de nous disperser par petits groupes, ce que nous avons fait", a expliqué l'un des manifestants.

Mouvement "populaire" et "intergénérationnel"

Entamé le 19 mai place de la Bastille, le mouvement des "indignés" français, en écho à celui né spontanément le 15 mai à la Puerta del Sol à Madrid, se veut "populaire", "intergénérationnel" et rejette "la démocratie représentative" et "une situation économique qui n'est plus supportable".

Lire aussi:

>>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.