Cet article date de plus d'un an.

Un officier de l'armée française a été mis en examen et placé en détention provisoire pour "livraison d'informations à une puissance étrangère"

La ministre Florence Parly a confirmé, dimanche, qu'un officier français faisait l'objet d'une procédure. "Nous avons pris toutes les mesures de sauvegarde qui étaient nécessaires", a-t-elle déclaré sur Europe 1.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre des Armées, Florence Parly, lors d'une conférence de presse à Saarland (Allemagne), le 21 août 2020. (OLIVER DIETZE / DPA / AFP)

Un haut-gradé de l'armée française espionnait-il pour le compte d'un autre pays ? La ministre des Armées Florence Parly a confirmé, dimanche 30 août, qu'un officier de l'armée française faisait l'objet d'une procédure judiciaire.

Ce dernier a été mis en examen le 21 août des chefs de livraison d'informations à une puissance étrangère, collecte d'informations portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation en vue de les livrer à une puissance étrangère, intelligence avec une puissance étrangère portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation et compromission du secret de la défense nationale par une personne dépositaire de ce secret et placé en détention provisoire, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information d'Europe 1

Soupçonné d'avoir transmis des documents à la Russie

L'officier, en poste dans un centre de l'Otan à Naples, en Italie, est soupçonné d'avoir transmis des documents sensibles aux services secrets russes, selon des informations confirmées à franceinfo. 

Interrogée à ce sujet dimanche matin, la ministre des Armées a confirmé qu'un officier français était sous le coup d'une procédure judiciaire, sans donner de détail sur la puissance étrangère concernée. "Ce que je peux confirmer, c'est qu'un officier supérieur est sous le coup d'une procédure judiciaire pour atteinte à la sécurité", a-t-elle déclaré. Le ministère des Armées a saisi lui-même la justice, a précisé Florence Parly. "Nous avons pris toutes les mesures de sauvegarde qui étaient nécessaires", a-t-elle simplement ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.