Cet article date de plus de huit ans.

Medef : à une voix près, Laurence Parisot interdite de se représenter

Selon Charles Beigbeder, membre du conseil exécutif du syndicat patronal, le vote s'est joué à une voix. La patronne de l'organisation ne pourra pas briguer un troisième mandat. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Laurence Parisot le 7 mars 2013, à Strasbourg (Bas-Rhin). (FREDERICK FLORIN / AFP)

Le vote a eu lieu à bulletin secret. Le conseil exécutif du Medef s'est prononcé, jeudi 28 mars, contre un changement des statuts pour permettre à Laurence Parisot de briguer un troisième mandat en juillet prochain. Ce vote a été extrêmement serré, avec 22 votes pour, 22 contre et un bulletin blanc, selon Charles Beigbeder, contacté par francetv info. "J'ai immédiatement dit aux membres du conseil exécutif que je serai la garante de la bonne tenue de la campagne", a réagi Laurence Parisot devant la presse, une heure après l'annonce des résultats. Il n'y aura pas d'assemblée générale extraordinaire, initialement prévue le 16 avril.

Membre du conseil exécutif, Charles Beigbeder est un proche de la patronne du Medef. Il a pourtant voté contre la réforme des statuts. "Je pense qu'on ne modifie pas les statuts à quelques mois de l'élection, cela ne se fait, ce n'est pas éthique", explique-t-il à francetv info. Il précise que Laurence Parisot "a bien réagi, elle était sereine, le mouvement conserve son unité et sa sérénité." Selon lui, Laurence Parisot n'a pas intérêt à soutenir une candidature. "Elle le pourrait, pourquoi pas, mais je lui donnerais le conseil de s'abstenir, afin de garantir la bonne transparence de l'élection et de la période préélectorale."

Le conseil exécutif est composé de 22 représentants des fédérations professionnelles, 12 des Medef territoriaux, de 10 personnalités qualifiées souvent désignées par Laurence Parisot, ainsi que de cette dernière. Plusieurs fédérations professionnelles ou régionales avaient annoncé leur opposition à l'instauration de mandats de cinq ans renouvelables. Le comité statutaire, saisi par Laurence Parisot elle-même, s'était prononcé en faveur d'une réforme des statuts, le 18 mars.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.