Cet article date de plus de dix ans.

Le député PS G. Bapt a dénoncé dimanche deux conflits d'intérêts concernant l'agence européenne du médicament

Président de la mission d'information parlementaire sur le Médiator, Gérard Bapt juge"scandaleux" que Thomas Lönngren ait quitté son poste de directeur de l'Agence européenne du médicament (Emea) pour "aussitôt devenir consultant pour l'industrie pharmaceutique au NDA Group".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le député socialiste Gérard Bapt est président de la Mission d'information parlementaire sur le Médiator (AFP - PIERRE VERDY)

Président de la mission d'information parlementaire sur le Médiator, Gérard Bapt juge
"scandaleux" que Thomas Lönngren ait quitté son poste de directeur de l'Agence européenne du médicament (Emea) pour "aussitôt devenir consultant pour l'industrie pharmaceutique au NDA Group".

"Ces aller-retour entre organismes publics de décision et groupes privés sont inacceptables", a-t-il souligné.

Le député socialiste de la Garonne a en outre dénoncé le fait que les deux seuls Français membres d'un jury d'attribution de fonds publics dans le cadre d'un partenariat public-privé étaient des représentants de laboratoires pharmaceutiques, dont Servier.

Selon lui, ce jury, où était aussi représenté Sanofi, a refusé un projet de recherche sur la thrombose (accident d'obturation des vaisseaux) fédérant vingt centres, présenté par un spécialiste de Brest, le professeur Grégoire Le Gal. Lequel a joué un rôle de lanceur d'alerte sur le Mediator aux côtés d'Irène Frachon. "Il est stupéfiant que l'Etat français tolère toujours des situations portant atteinte à la crédibilité des jurys attribuant des crédits publics", a ajouté le parlementaire.

Dix projets de recherche en santé sur 44 ont été retenus dans le cadre de cet appel à projets "Cohortes" (groupe de personnes suivies dans une étude sur la durée), lancé en juin dernier, selon le ministère de la Recherche.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.