Cet article date de plus d'onze ans.

La direction de Carrefour a annoncé vendredi la signature d' un accord sur les salaires

Cela met un terme à un conflit marqué par une , le 9 avril, au sein du groupe de 65.000 salariés.L'accord a été signé par FO, premier syndicat de l'entreprise, ainsi que les syndicats CFDT, CGC et CAT, a indiqué le géant de la grande distribution dans un communiqué.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La grève du 9 avril dernier chez le géant de la grande distribution a été qualifiée d"historique" par FO. (AFP / Jean-Pierre Clatot)

Cela met un terme à un conflit marqué par une , le 9 avril, au sein du groupe de 65.000 salariés.

L'accord a été signé par FO, premier syndicat de l'entreprise, ainsi que les syndicats CFDT, CGC et CAT, a indiqué le géant de la grande distribution dans un communiqué.

Cet accord prévoit une augmentation des salaires de 2% au 1er mars, une prime exceptionnelle de 200 euros au 31 juillet et une hausse de 7 à 10% de la remise sur tous les produits vendus en hypermarchés pour les salariés de l'enseigne.

Dans le communiqué, la direction de Carrefour se dit "satisfaite de la signature de cet accord" et se félicite de la reprise du "dialogue social" au sein du groupe.

"Grève historique", le 9 avril dernier
La direction de Carrefour avait initialement clos les négociations salariales en proposant une augmentation d'1% en mars et 1% en octobre, mais les syndicats ayant jugé les propositions "minimalistes" avaient appelé conjointement - un fait inhabituel - à un mouvement de grève le 9 avril qui avait perturbé le fonctionnement de nombreux magasins.

Selon FO, qui représente 45% des voix aux élections professionnelles, la grève à laquelle avaient aussi appelé la CGT et la CFDT, avait été "historique". Sur un peu plus de 200 hypermarchés dans l'Hexagone, "130 ont été fortement touchés et le taux de grévistes a été de 85%", avait avancé le syndicat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.