Cet article date de plus de huit ans.

La collection Victor Hugo vendue à Paris pour 3,2 millions d'euros

500 livres, tableaux, photos ou meubles de l'écrivain et de ses descendants étaient en vente mercredi soir à  la maison Christie's à Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La couronne de mariage de Léopoldine, la fille de Victor Hugo, a été vendue 4 750 euros le 4 avril 2012 à Paris. (CHRISTIE'S)

La vente de 500 livres, tableaux, photos ou meubles de Victor Hugo et de ses descendants, a rassemblé 3,2 millions d'euros, soit plus de trois fois son estimation, mercredi 4 avril. Elle a eu lieu dans la soirée à la maison Christie's à Paris.

L'émouvante couronne de mariage de Léopoldine, sa fille défunte à laquelle l'écrivain consacra son célèbre poème Demain dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne... a été acquise au prix de 4 750 euros par la Maison Victor Hugo, qui se visite à Paris. Au total, celle-ci a acheté neuf lots mercredi soir.

L'objet le plus cher vendu à 409 000 euros

Après avoir soutenu la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence de la République en 1848, Victor Hugo avait condamné le coup d'Etat du 2 décembre 1851 et s'était exilé à Bruxelles. Plusieurs œuvres inspirées à l'écrivain par ses années d'exil figuraient dans la vente. C'est d'ailleurs Souvenir de Belgique, un lavis - une œuvre réalisée avec une seule couleur - qui s'est vendu le plus cher. Une galerie européenne l'a acheté 409 000 euros alors qu'il était estimé entre 50 000 et 80 000 euros. Il évoque un paysage flamand et il était présenté dans un cadre peint et dessiné par Hugo lui-même.

Cette œuvre figurait parmi 40 dessins, répartis sur plusieurs lots, qui se sont vendus pour un total de 1,2 million d'euros. Un important collectionneur chinois a acheté une soixantaine de documents personnels de l'écrivain pour la somme de 115 000 euros. Plusieurs photos ont aussi "atteint de très bons prix", a souligné François de Ricqlès, président de Christie's.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.