L'intégrale des Guides rouges édités au XXe a été vendue aux enchères 60.000 euros samedi à Clermont-Ferrand

Estimé entre 28.000 et 30.000 euros, le lot des guides édités depuis 1900 a été acquis par Francis Staud, fondateur de la société de cocottes minutes Staub.5.000 objets Michelin (cartes routières, guides, affiches, enseignes, prospectus, boîtes à rustines, landaus, cartes postales et bibendums) étaient mis en vente au casino de Royat-Chamalières.

La collection complète des guides Michelin à Royat près de Clermont-Ferrand, vendue aux enchères samedi 10 juillet.
La collection complète des guides Michelin à Royat près de Clermont-Ferrand, vendue aux enchères samedi 10 juillet. (AFP)

Estimé entre 28.000 et 30.000 euros, le lot des guides édités depuis 1900 a été acquis par Francis Staud, fondateur de la société de cocottes minutes Staub.

5.000 objets Michelin (cartes routières, guides, affiches, enseignes, prospectus, boîtes à rustines, landaus, cartes postales et bibendums) étaient mis en vente au casino de Royat-Chamalières.

Sous une chaleur accablante, les enchères pour l'intégrale des Guide rouges édités au XXe siècle, soit environ 300 ouvrages, ont démarré à 15.000 euros et ont duré cinq minutes, sans un bruit, avant que la collection ne soit adjugée à Francis Staub. A cette annonce, les spectateurs se sont levés pour applaudir.

L'entrepreneur alsacien, âgé de 60 ans, qui n'était pas présent à la vente y avait dépêché deux employés, chargés d'acheter un maximum d'objets "sans limite" financière.

Le fondateur de la société Staub, créée en 1974 et revendue en 2008 au groupe allemand Zwilling, a précisé qu'il n'avait pas d'intention "d'enfermer tout ça dans (son) coffre".

"Cette collection est vouée à être exposée, peut-être dans notre ancienne usine de Turckheim (Haut-Rhin)", a-t-il ajouté.

"Cette vente exceptionnelle retrace les coups de génie publicitaires, les audaces d'une famille d'aventuriers aux idées révolutionnaires, les Michelin , sur plus de 100 ans", soulignait avant la vente le commissaire-priseur clermontois Bernard Vassy, qui assure que "bibendum est le logo le plus reconnu au monde après celui de Coca-Cola". Il a été élu logo du siècle en 2000 par le Financial Times.

Cette collection privée appartenait à un restaurateur belge, M. Morel, qui a choisi Clermont-Ferrand, siège du groupe de pneumatiques Michelin, pour mettre en vente plus de 5.000 objets à l'effigie de la célèbre enseigne, considérée comme la plus importante au monde.