L'hospitalisation express, remède au déficit de la Sécurité sociale

Sérieux tour de vis dans le projet de budget de la Sécurité sociale. Parmi les pistes pour résorber son déficit, le développement de la chirurgie ambulatoire. Exemple à Bordeaux (Gironde).

Dans ce service d'urologie du centre hospitalier de Bordeaux (Gironde), pas le temps de s'habituer au décor. Depuis un an, une nouvelle technique est utilisée pour traiter le cancer du rein. Seule la tumeur est retirée, l'organe garde sa fonctionnalité et surtout le patient rentre chez lui le soir même.

Des soins intensifs à l'ambulatoire en cinq ans

"C'est beaucoup mieux pour le patient parce que ça préserve la fonction rénale", assure le professeur Jean-Marie Ferrière, chef du service d'urologie, andrologie et transplantation rénale au CHU de Bordeaux. En cinq ans, les malades sont ainsi passés des soins intensifs à l'ambulatoire. L'équipe médicale planifie un parcours de soins dédié, spécifique à chaque malade. Loin de l'hôpital, le patient reste toutefois connecté à l'équipe soignante 24 heures sur 24 jusqu'à complète guérison.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme face à son médecin, dans son cabinet.
Un homme face à son médecin, dans son cabinet. (MAXPPP)