L'ex-chef de Kerviel dans le collimateur de l'AMF

L'Autorité des marchés financiers a ouvert une enquête pour délit d'initiés à l'encontre de l'ancien patron du trader

Le siège de la Société Générale
Le siège de la Société Générale (© France 2)
L'Autorité des marchés financiers a ouvert une enquête pour délit d'initiés à l'encontre de l'ancien patron du traderL'Autorité des marchés financiers a ouvert une enquête pour délit d'initiés à l'encontre de l'ancien patron du trader

Jean-Pierre Mustier, l'ancien patron du trader Jérôme Kerviel au sein de Société Générale, soupçonné de délit d'initié, a démissionné du conseil d'administration de la Banque.

Robert Day, autre membre du conseil d'administration, est également l'objet d'une enquête selon un communiqué publié jeudi par la Société Générale.

La banque indique avoir été informée par les intéressés "de leur réception d'une lettre de griefs ouvrant une procédure devant la Commission des sanctions de l'AMF pour manquement d'initié".

"Ces griefs sont contestés par Robert Day et Jean-Pierre Mustier", a ajouté la Société Générale. L'AMF a confirmé l'envoi de ces courriers et l'ouverture d'une enquête, sans donner plus de précisions.

Selon le site du Nouvel Observateur, M. Mustier aurait vendu l'intégralité de son portefeuille de titres et la moitié de ses actions Société Générale en août 2007, anticipant un dérapage des marchés. "Je l'ai fait car je voulais avoir l'esprit totalement tranquille pour m'occuper des risques de la banque et ne pas avoir à me soucier en parallèle de mes actifs propres", a-t-il déclaré.

Le délit d'initié dont il est soupçonné lui aurait permis d'empocher entre 50.000 et 200.000 euros, selon une évaluation de l'AMF citée par l'hebdomadaire.

M. Mustier est l'ancien patron de la banque de financement et d'investissement de la Société Générale (SG CIB) où travaillait Jérôme Kerviel, accusé d'avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la banque.

En septembre 2008, du fait cette perte, et considéré comme responsable de l'insufisance des contrôles internes, M. Mustier avait quitté la direction de cette activité et pris la tête du pôle gestion d'actifs et services aux investisseurs.

"Compte tenu de la procédure en cours" ouverte par l'AMF, M. Mustier a remis sa démission et va quitter la Société Générale, a indiqué la banque jeudi.

Le directeur général délégué de la SocGen, Séverin Cabannes, lui succède à partir de jeudi, a indiqué à l'AFP une porte-parole de la banque.

Egalement visé par l'AMF, M. Day avait lui vendu pour 40,5 millions d'euros d'actions Société Générale le 18 janvier 2008, jour où les premiers soupçons sur l'affaire Kerviel s'étaient fait jour.

Dans son communiqué publié jeudi, la Société Générale a par ailleurs indiqué que l'enquête ouverte par l'AMF en janvier 2008 pour évaluer l'information financière fournie par la banque sur les "subprime" était close et ne déboucherait pas sur une procédure de sanctions.

Interrogée sur ce point, l'AMF n'a pas souhaité faire de commentaires.