Cet article date de plus de huit ans.

L'embaumeur gardait le sang des défunts dans son garage

Un thanatopracteur des Pyrénées-Orientales est soupçonné de s'être débarrassé de milliers de litres de sang pour ne pas payer leur incinération.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des instruments utilisés par un thanatopracteur, en octobre 2012. ( MAXPPP)

Quelque 700 litres de sang et des dizaines de litres de subtances organiques ont été retrouvés dans son garage, selon le journal L'Indépendant de Perpignan qui révèle l'affaire, lundi 4 mars. Un thanatopracteur des Pyrénées-Orientales est soupçonné de s'être débarrassé frauduleusement de ces éléments pour économiser le coût de leur incinération. L'embaumeur a été mis en examen jeudi 28 février et laissé en liberté sous contrôle judiciaire.

Le thanatopracteur d'une quarantaine d'années exerçait en libéral pour le compte de plusieurs pompes funèbres du département. Son travail consistait à prélever le sang et une partie des organes internes des personnes décédées, pour les remplacer par des produits de conservation comme le formol.

Le parquet de Perpignan estime qu'il "procédait chaque année à 700 soins". Ce qui représente "une quantité très importante de produits organiques", de l'ordre de 7 000 litres, selon la justice. L'embaumeur "n'a pu justifier d'aucun contrat avec un organisme chargé de la destruction des déchets humains", relève le parquet. "On se demande donc ce qu'il en a fait", s'interroge ce dernier qui souligne "les risques de pollution" s'il s'avérait que le sang et les autres déchets ont été déversés dans les égouts ou la nature au mépris des règles sanitaires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.