Cet article date de plus de dix ans.

L'ancien élu RPR Didier Schuller, condamné à 3 ans de prison, dont un an ferme, a purgé sa peine

Il a rendu son bracelet électronique vendredi, ce qui lui permet de relancer son activité de conseil et de se rendre à l'étranger, ont indiqué l'intéressé et son avocat Jean-Marc Fedida."Je pars ce jour samedi pour Saint-Domingue (...) J'y vais pour relancer ma carrière de conseil à l'exportation, a déclaré à l'AFP l'ancien élu, 62 ans.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Didier Schuller, ex-conseiller général RPR, au tribunal correctionnel de Créteil, le 18 octobre 2005. (AFP PHOTOS/ Jack GUEZ)

Il a rendu son bracelet électronique vendredi, ce qui lui permet de relancer son activité de conseil et de se rendre à l'étranger, ont indiqué l'intéressé et son avocat Jean-Marc Fedida.

"Je pars ce jour samedi pour Saint-Domingue (...) J'y vais pour relancer ma carrière de conseil à l'exportation, a déclaré à l'AFP l'ancien élu, 62 ans.

"J'y vais notamment pour aider un exportateur de blé français qui n'a pas été payé", a ajouté celui qui s'était réfugié en République dominicaine de 1995 à 2002 avant de se rendre aux autorités françaises.

M. Schuller, ancien chef de l'opposition municipale à Clichy (Hauts-de-Seine), ex-conseiller général, avait été condamné en janvier 2007 à trois ans de prison dont un an ferme, 150.000 euros d'amende, ainsi qu'à une privation de ses droits civiques, civils et familiaux pour cinq ans.

Il était poursuivi pour avoir fait financer illégalement par des entreprises son activité politique dans la ville qu'il voulait conquérir, en contrepartie de marchés de l'office HLM du département dont il était le directeur général entre 1988 et 1995. Il s'était pourvu en cassation, mais sa demande avait été rejetée en 2008.

En accord avec le juge de l'application des peines de Saverne, dans le Bas-Rhin, département où il est domicilié, M. Schuller a commencé à purger sa peine le 8 septembre 2009. En tenant compte de la détention provisoire et des réductions de peine, sa condamnation a été purgée le 5 février, et il peut depuis ce jour à nouveau voyager à l'étranger, ce qui lui était jusqu'à présent interdit.

M. Schuller reste privé de ses droits civiques jusqu'en 2012.

"Si je ne peux pas voter pour les régionales, je compte bien voter aux prochaines municipales, présidentielle et législatives, mais avant de penser à un retour à la politique, je veux relancer ma carrière de conseil à l'exportation en Amérique latine, une région que je connais bien", a-t-il dit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.