Un ancien jihadiste français arrêté pour un projet d'attentat contre au moins une salle de concert

L'homme n'était pas connu des services de police et n'avait pas de casier judiciaire, avant son retour de Syrie. 

Des policiers à Amiens (Somme), le 28 août 2015.
Des policiers à Amiens (Somme), le 28 août 2015. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

L'homme se prénomme Reda, selon BFMTV qui révèle, vendredi 18 septembre, son arrestation. Agé de bientôt 30 ans, il est soupçonné d'avoir voulu perpétrer un attentat contre au moins une salle de concert en France. Il a été arrêté le 11 août et mis en examen, quatre jours plus tard, pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle", selon une source judiciaire. Voici ce que l'on sait de l'affaire.

Un bref séjour à Raqqa dans les rangs jihadistes

Placé en garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), l'homme a d'abord refusé de parler. Mais, au troisième jour de sa détention, rapporte BFMTV, il a fini par avouer.

Le terroriste présumé a séjourné brièvement en Syrie, raconte une source policière. Il n'est toutefois resté qu'une semaine à Raqqa, le fief du groupe jihadiste Etat islamique dans le nord de ce pays en guerre. Son séjour a pris fin lorsqu'il a été blessé à la jambe par une grenade au cours d'un entraînement.

Un projet d'attentat commandité depuis la Syrie

Son engagement dans les rangs jihadistes compromis par sa blessure, un commanditaire l'incite à rentrer en France et à y commettre un attentat. Il lui suggère de viser un concert. Outre la France, d'autres pays européens ont été évoqués comme cibles d'un attentat, indique une source judiciaire.

Le suspect reconnaît avoir reçu des consignes précises. On lui détaille même l'itinéraire à emprunter pour son retour à Paris : par la Turquie, via Gaziantep et Istanbul, puis par la capitale de la République tchèque, Prague, et enfin par Amsterdam, aux Pays-Bas.

L'homme conteste toutefois avoir voulu passer à l'action, ajoute cette source. Lors de son arrestation, seule une arme de poing a été retrouvée à son domicile. Et, à ce stade, on ne lui connaît pas de préparation logistique plus avancée, assure une source policière. 

Un ex-jihadiste découvert presque par hasard

Tout est parti d'une autre arrestation, relate une source judiciaire : celle d'un homme né au Maroc et soupçonné par les Espagnols d'avoir séjourné dans les rangs de l'Etat islamique. Ce suspect est interpellé en Pologne le 15 juin sur mandat d'arrêt espagnol. Après des échanges d'informations entre services, la DGSI apprend qu'il est rentré en Europe en compagnie d'un autre individu, le dénommé Reda décrit par BFMTV.

Ce dernier n'est pas connu des services de police et n'a pas de casier judiciaire. Les services français découvrent son existence après son retour en France. La DGSI le met alors sous surveillance et l'arrête au bout d'un mois et demi. Selon la police, une nouvelle "action violente" a ainsi été évitée en France, sept mois après les attentats de janvier.