Jihadistes français détenus à l'étranger : Édouard Philippe préfère qu'ils soient "jugés en France plutôt qu'ils se dispersent dans la nature"

Le Premier ministre a exprimé la position de la France mercredi sur France Inter.

Édouard Philippe s'est exprimé mercredi 30 janvier sur France Inter sur le possible retour des jihadistes français détenus en Syrie et en Irak. Le Premier ministre a dit préférer qu'ils soient jugés en France plutôt que de risquer de les voir s'évanouir "dans la nature".

"S'ils sont expulsés, je préfère qu'ils soient jugés et condamnés, sévérement (...) punis en France plutôt qu'ils se dispersent dans la nature pour fomenter d'autres actions y compris contre notre pays", a déclaré le chef du gouvernement. "Est-ce qu'on préfère qu'ils soient dispersés, qu'ils rejoignent les rangs de Daech ou qu'ils partent dans un autre pays pour continuer à fomenter de tels actes?"

Plusieurs responsables politiques de droite et d'extrême droite ont dénoncé l'éventuel retour de ces jihadistes, le député LR Pierre-Henri Dumont appelant même à des "assassinats ciblés".

Édouard Philippe invité de France Inter mercredi 30 janvier. 
Édouard Philippe invité de France Inter mercredi 30 janvier.  (FRANCE INTER)