Atteint d’un cancer de la prostate, il va parcourir 250 km à pied jusqu'au Mont-Saint-Michel

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Trek en solitaire contre le cancer de la prostate
Article rédigé par
Véronique Dalmaz-Nicolas - franceinfo
France Télévisions

Parti du Maine-et-Loire, ce retraité de 68 ans marche pour attirer l’attention sur les cancers masculins. Des maladies qui restent parfois taboues. #IlsOntLaSolution

Sac sur le dos, ses bâtons de marche entre les mains, Yannick Sourisseau est déterminé. Ce sexagénaire qui vit à Saint-Mélaine-sur-Aubance, dans le Maine -et-Loire, a entamé son périple il y a deux jours. Son objectif : rejoindre la Normandie et son joyau le Mont-Saint-Michel. 10 jours de marche à raison de 25 kilomètres par étape. Un défi pour cet homme qui, depuis quatre ans, se bat contre un cancer. Une tumeur sous la prostate, inopérable, qui affecte son système urinaire et osseux. Les traitements n’ont pas stoppé le cancer. Alors cet ancien journaliste, aujourd’hui à la retraite, a décidé de marcher pour rester en forme.    

Un coup de projecteur sur les cancers masculins 

Avec ce trek en solitaire de 250 km, Yannick Sourisseau veut prouver qu’avec un cancer, on peut rester actif. Son objectif est aussi d’attirer l’attention du public sur ces cancers masculins (testicules, prostate…) qui sont parfois des sujets tabous. "C’est quelque chose dont les hommes parlent peu, parce que cela affecte les fonctions sexuelles. Il faut parler. Plus on le fait, mieux on se sent dans sa tête", affirme-t-il. Pour soutenir tous ceux qui sont touchés par ces maladies, le sexagénaire a créé à Angers une association Cancer Osons, dont il est le président.

Après le Mont-Saint-Michel, Yannick Sourisseau compte se lancer un autre défi sportif, si son état de santé le lui permet : le chemin de Compostelle. Un nouveau périple de 1500 kilomètres, en un mois et demi de marche, prévu pour début 2022.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers #IlsOntLaSolution

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.