A Mérignac, une école de chiens guides pour déficients visuels recherche des donateurs et des familles d’accueil

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

L’école Aliénor, basée à Mérignac en Gironde, forme des chiens guides d’aveugle et les accompagne durant toute leur "carrière" auprès des bénéficiaires. Un dispositif qui coûte cher. Alors elle lance un appel aux dons et cherche des familles d’accueil pour les jeunes chiens en formation. #IlsOntLaSolution

Il s’appelle Sid et, à tout juste trois mois, ce Labrador vient d’entamer sa formation. D’ici deux ans, il sera fin prêt pour accompagner dans son quotidien une personne déficiente visuelle. En attendant, il va grandir chez Chrystelle, qui a accepté d’être sa famille d’accueil : "C’est intéressant parce qu’on apprend sur soi aussi, et on est sensibilisé aux difficultés des personnes en situation de handicap".

Pendant vingt mois, Chrystelle et Sid vont venir à l’école Aliénor pour parfaire leur formation auprès d’éducateurs spécialisés, comme Aurore Antoine : "L’objectif c’est d’avoir un chien propre, un chien à l’aise, qui se sente bien avec sa famille d’accueil, qui soit serein dans l’environnement, qu’il n’y ait pas de peur, ni d’excitation et qu’il soit capable de rester calme au milieu de la foule, de la circulation".

Besoins immenses

On estime que 200 000 personnes en France pourraient potentiellement avoir accès à un chien guide ; or il n'y en a que 1 600 en activité selon Pascale Olivar, la présidente de l'école. Elle-même déficiente visuelle, l’arrivée de son chien il y a quelques années a changé sa vie : "J’étais en prison chez moi, enfermée entre quatre murs à ne pas pouvoir sortir, et ce chien m’a offert la liberté, l’autonomie, le lien social qu’on n’a pas".

Mais former et placer des chiens guides coûte cher : vingt-cinq-mille euros par animal pour dix ans de service en moyenne. Alors l’association, qui gère déjà une quarantaine de chiens placés, a lancé un appel aux dons pour financer la formation de nouveaux compagnons, et cherche également de nouvelles familles d’accueil.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.